Dimanche 21 octobre 2018

Saint-Rémy-de-Provence (13)

Espace dessin

Musée Estrine Jusqu’au 27 novembre 2016

Par Lina Mistretta · L'ŒIL

Le 18 octobre 2016 - 320 mots

Depuis les grottes de Lascaux, le dessin a connu des fortunes diverses : en raison de son économie de moyen, on le considérait à tort comme une étude préparatoire en vue d’une œuvre plus aboutie.

Jusqu’au XIXe, il précédait le travail de l’artiste. Il acquiert au XXe une valeur autonome. Il apparaît désormais comme une finalité en soi. Le dessin contemporain établit de nouveaux rapports entre le mouvement, l’espace et le temps, et l’on peut constater un formidable rajeunissement de ce médium. Le Musée Estrine, pour qui le dessin occupe une place centrale, présente pour son exposition les œuvres de sept jeunes artistes exemplaires d’une forme de dessin contemporain. Si l’histoire du dessin s’est toujours confondue avec la peinture, pour Cécile Granier de Cassagnac, à l’évidence, l’un ne va pas sans l’autre. Ses dessins à l’eau nous plongent dans une sorte d’univers aquatique où évoluent des formes hybrides en suspension. A contrario, le dessin puissant de Jérôme Loisy se fait alors monumental par son format et l’énergie de sa matérialité. Il peut se caractériser par des lignes dans l’espace comme celles de Baltasar : son geste convoque une sorte de calligraphie, tracés, lignes, déliés… Pour Laetitia Gendre, il appelle en revanche la dimension spatiale par la découpe d’espaces imaginaires. D’un univers à l’autre, celui de Karine Rougier expérimente de nouvelles idées, assemblages ou découpages qui composent un univers peuplé de minuscules créatures fantasmagoriques. Chez Julien Tardieu, les dessins sont de véritables cartes mentales, des espèces de circuits intégrés dont les couleurs stridentes organisent les tracés. Last but not least, Nelly Maurel, descendue de la Galerie Montpensier à Paris où elle exposait, nous offre à voir de nombreux objets syncrétiques, à la fois beaux et burlesques, réalisés au Mexique au cours d’un road movie fantasque où elle a refait le voyage d’Antonin Artaud. Entre mythe et réalité, son œuvre est d’une originalité mordante. À voir pour la fraîcheur de l’exposition .

L’espace du dessin, le dessin dans l’espace

Musée Estrine, 8, rue Lucien-Estrine, Saint-Rémy-de-Provence (13), www.musee-estrine.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°695 du 1 novembre 2016, avec le titre suivant : Espace dessin

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque