Lundi 10 décembre 2018

Errance alsacienne entre patrimoine et art contemporain

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 juillet 2004 - 373 mots

D’un coin à l’autre de l’hexagone, l’été devient de plus en plus l’occasion pour nombre de régions, de pays ou de communes d’organiser des parcours d’art contemporain. Qu’il s’agisse de balades à pied ou de périples automobiles en quête de trésors patrimoniaux architecturés ou paysagers, cela tient généralement tout à la fois de la course aux trésors, du jeu de pistes et du parcours du combattant. Il en est ainsi en Alsace de la deuxième édition d’« Itinéraires », invitation à cheminer entre création artistique contemporaine et patrimoine historique rural et naturel du Pays de Barr et de Bernstein. D’un village à l’autre, une vingtaine d’artistes propose au promeneur d’aller à la découverte de leurs travaux lesquels ont été rassemblés autour du thème de la transparence. Si nombre d’œuvres qui préexistaient à l’événement se présentent là sous un jour nouveau, dans un rapport de temps et d’espace qui les charge autrement, certaines ont été spécialement créées pour l’occasion. Il en est ainsi de cette photographie imprimée sur bâche, révélant le mot « virtuel », que Georges Rousse a réalisée dans un chalet du Hohwald, de cette installation aux « nuits transparentes » d’Alain Willaume conçue sur les caves viticoles de Mitttelbergheim ou bien encore de ce magique « chamboulement des bulles » que Myriam Mechita a imaginé à Stotzheim et qui fait surgir tout un monde d’images en suspens. Vladimir Skoda et ses constellations à Andlau, Eleftherios Amilitos et ses jeux de lumière à Barr, Claudie et Francis Hunzinger et leurs matériaux naturels dans la petite chapelle Sainte-Marguerite d’Epfig, Jean-François Chevalier et ses clapiers à Goxwiller, Klaus Stöber et son vitrail à Saint-Pierre sont parmi d’autres les acteurs de cet itinéraire riche en surprises de toutes sortes. Sans oublier ceux qui sont encore sur des sites à dimension intercommunale comme Érik Samakh avec ses « joueurs de flûtes » entre les châteaux d’Andlau et de Spesbourg. Une promenade certes un peu dense mais que le thème fédérateur allège bienheureusement et qui se développe sur un territoire toutefois assez restreint.

« Transparences – Itinéraires, l’art contemporain au Pays de Barr et du Bernstein », BARR (67), communauté de communes du Piémont de Barr, hôtel de ville, tél. 03 88 58 52 22, 20 juin-3 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°560 du 1 juillet 2004, avec le titre suivant : Errance alsacienne entre patrimoine et art contemporain

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque