Enea Righi livre ses secrets

L'ŒIL

Le 1 mai 2005

« J’ai un rapport très possessif avec mes œuvres. Je considère qu’elles n’appartiennent qu’à moi », annonce d’emblée Enea Righi. C’est donc avec un mélange d’appréhension et de plaisir que le collectionneur italien dévoile au public de la Collection Lambert les œuvres qu’il rassemble avec frénésie depuis une petite quinzaine d’années. L’exposition offre un bel aperçu des richesses jusqu’ici conservées dans les pièces de sa demeure bolonaise. D’abord centrée sur des artistes italiens de la trans-avant-garde (retour à la figuration à la fin des années 1970 et au début des années 1980) comme Paladino ou Clemente, sa collection s’est très vite ouverte à la jeune scène italienne, anglaise et américaine. Elle compte aujourd’hui près de trois cents œuvres signées des plus grands noms de l’art contemporain, de Nan Goldin à Jenny Holzer, de Douglas Gordon à Roni Horn, de Chen Zhen à Anselm Kiefer, et constitue un ensemble éclectique d’une qualité digne d’un grand musée. Certains artistes pourraient à eux seuls justifier une exposition ; il en va ainsi d’Alighiero Boetti, représenté par quelque dix-sept œuvres achetées avant la mort de l’artiste (et la flambée des prix qui a suivi). « Boetti est le point d’orgue de ma collection, affirme Enea Righi. C’est le trait d’union entre les courants de l’art contemporain que j’apprécie. »

AVIGNON (84), Collection Lambert en Avignon, 5 rue Violette, tél. 04 90 16 56 21, www.collectionlambert.com, 5 février-29 mai.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°569 du 1 mai 2005, avec le titre suivant : Enea Righi livre ses secrets

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque