Vendredi 13 décembre 2019

Notre-Dame-de-Bondeville et Maromme (76)

Des propositions un brin académiques

Le Shed - Jusqu’au 17 novembre 2019

Par Vincent Delaury · L'ŒIL

Le 29 octobre 2019 - 259 mots

Le Shed, centre indépendant d’art contemporain et incubateur de talents, expose simultanément cet automne deux jeunes plasticiens en résidence : Simon Boudvin (né en 1979) et Lou Parisot (née en 1994), invités à investir, pour l’un, l’espace industriel du Shed, ancienne usine de mèches à bougies, pour l’autre, la suite des salles de l’Académie, un hôtel particulier de la fin du XVIe siècle, aussi connu sous le nom de maison Pélissier.

Au sein des 600 m2 du Shed, l’archiviste de l’architecture postmoderne qu’est Boudvin présente, aux côtés de grands éléments en aluminium citationnels et de journaux compilant des textes sur les architectures ostentatoires, une galerie de photographies égrenant, non sans humour, tous les « tics » (mâts, casquettes, volutes en tôle, bac acier, poutrelles hypertrophiées…) d’une architecture des années 2000 se voulant high-tech pour élaborer des technopôles, IUT, CHU, ZA, centres commerciaux et autres lycées pro. À l’Académie, Lou Parisot, fraîchement diplômée de l’ésam Caen/Cherbourg, montre, quant à elle, via des assemblages hybrides additionnant des objets industriels collectés, des chimères, à la fois drôles et poétiques, s’apparentant à des pièces curieuses aux allures souvent corporelles. Si les deux projets ne manquent pas de force plastique tout en se répondant bien dans l’idée de tourner en dérision un système capitaliste engendrant des formes dites « progressistes » tombant vite en désuétude, on peut toutefois regretter un air de déjà-vu : les photographies frontales et froides de Boudvin lorgnent trop du côté des images standardisées signées Becher et les hybridations chimériques de Parisot revisitent, sans grande surprise, la pratique assemblagiste des dadaïstes, surréalistes et consorts.

« Simon Boudvin. Concorde »,
Le Shed, 12, rue de l’Abbaye, Notre-Dame-de-Bondeville (76), et
« Lou Parisot. Tuileries » ,
L’Académie, 96, rue des Martyrs-de-la-Résistance, Maromme (76), www.le-shed.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°728 du 1 novembre 2019, avec le titre suivant : Des propositions un brin académiques

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque