Dimanche 16 décembre 2018

De Staël en Suisse

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 mai 1995 - 335 mots

La Suisse restait à l’écart des nombreux hommages rendus à Nicolas de Staël, puisque la dernière exposition dans ce pays consacrée à cet artiste remontait à 1957, à la Kunsthalle de Berne. La Fondation Pierre Gianadda, à Martigny, comble ce retard avec une soixantaine de peintures et une dizaine de dessins qui seront accrochés pendant cinq mois et demi.

MARTIGNY - Le maître d’œuvre de cette rétrospective, qui s’ouvrira le 19 mai, est Jean-Louis Prat, directeur de la Fondation Maeght. Le moins que l’on puisse dire est qu’il est rodé à l’exercice, puisqu’il avait été commissaire de l’exposition présentée durant l’été 1991 à Saint-Paul-de-Vence, et que la Fondation Maeght avait déjà célébré de Staël en 1972.

Ces expositions, comme celle organisée par ses héritiers à l’Hôtel de Ville de Paris au printemps dernier, ont connu un grand succès d’affluence, alors que Nicolas de Staël (1914 -1955) avait très peu exposé de son vivant. Tel Van Gogh, il fait ainsi figure de "peintre maudit", et lui aussi s’est suicidé. La Fondation Gianadda ne pourra rendre compte des premières années, car de Staël a détruit presque toute la production figurative de cette époque avant d’amorcer ses recherches visant à dépasser l’antinomie fi­gu­­ra­tion-abstraction. Des Compositions du début des années quarante témoigneront du tournant qui va amener l’artiste à peindre au couteau et à la spatule dans un élan plus monumental.

Grâce à des prêts, notamment du Musée national d’art moderne (Centre Pompidou), du Fukuoka Art Musueum, du Musée Picasso d’Antibes, de galeries (Daniel Malingue, Ernst Beyeler) et de collectionneurs privés, la Fondation réunira quelque soixante-dix œuvres, dont les célèbres Toits de Paris, plusieurs tableaux de la série des Footballeurs, des Natures mortes ou des Ateliers… jalonnant une fulgurante carrière de quinze années.

"Rétrospective Nicolas de Staël", Fondation Gianadda, Martigny (Suisse), du 19 mai au 5 novembre, tous les jours de 9h à 19h. Catalogue bilingue français-anglais avec des extraits de la correspondance de l’artiste et des textes d’auteurs et de poètes comme René Char, André Chastel, Christian Zervos…

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°14 du 1 mai 1995, avec le titre suivant : De Staël en Suisse

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque