De l’avantage de Frame

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 27 février 2008

Réseau d’échange et de partage entre musées régionaux français et américains, Frame joue le rôle d’un sésame pour la coproduction d’expositions entre des établissements habituellement peu enclins à se séparer de leurs œuvres. Selon Francis Ribemont, directeur du Musée des beaux-arts de Rennes, le plus grand avantage de Frame consiste en sa gratuité. À l’heure où les musées se livrent une guerre sans merci à coups d’expositions temporaires, les demandes de prêts se multiplient et certaines institutions des plus prestigieuses n’hésitent plus à demander une contrepartie sonnante et trébuchante, pudiquement appelée « frais administratifs ». Devant l’usage croissant de cette pratique, Francis Ribemont a orchestré la création d’un réseau de musées de l’arc Atlantique sur le modèle de Frame, mais cette fois « de Glasgow à Faro », et réfléchit actuellement à un premier projet d’exposition.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°276 du 29 février 2008, avec le titre suivant : De l’avantage de Frame

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque