Samedi 15 décembre 2018

D’Athènes à Lausanne

L'ŒIL

Le 1 février 2004 - 348 mots

Après avoir présenté au public suisse les collections des musées de Barcelone, Lyon, Grenoble ou encore le fonds Kupka du Musée national d’art moderne-Centre Pompidou (cf. L’Œil  n° 550), la fondation de l’Hermitage propose cet hiver de découvrir la collection de la Pinacothèque nationale d’Athènes, à travers une centaine d’œuvres choisies parmi près de dix mille numéros. L’idée de créer une pinacothèque à Athènes remonte à 1832, le noyau de la collection commence à se constituer dès 1840 avec les œuvres rassemblées par le premier gouverneur de Grèce, Jean Capodistrias, avant de s’enrichir de quarante-quatre œuvres offertes par l’université à l’école polytechnique, qui abrite alors les œuvres de la pinacothèque. En 1900, un poste de conservateur est créé, et le legs de la collection personnelle du juriste Alexandre Soutzos marque une étape décisive dans le développement de l’institution. Celle-ci prend le nom de Pinacothèque nationale d’Athènes-musée Alexandre Soutzos en 1954. Se pose alors la question de la construction d’un lieu spécifique pour la conservation et la présentation des œuvres, plusieurs projets sont évoqués puis abandonnés, et il faut attendre 1964 pour que la pinacothèque soit installée dans les bâtiments que nous connaissons aujourd’hui.

Hétéroclite par ses multiples origines – legs, donations, politique d’acquisition très dynamique –, la collection comprend à la fois un riche ensemble de peintures grecques, des icônes post-byzantines (xve siècle), des œuvres d’artistes du xixe siècle tels que Francesco Pige, Nikolaos Gysis ou Georgios Avlichos, quelques chefs-d’œuvre du Greco – Saint Pierre ; Le Concert des anges –, et des tableaux européens. L’exposition rend compte de ces différents aspects, en mettant à l’honneur Guardi (Vierge à l’Enfant), Gianbattista Tiepolo, Giordano pour l’école italienne, Fantin-Latour, Delacroix, Linard pour la peinture française, Jordaens (L’Adoration des bergers) pour l’art flamand. Sans oublier une vingtaine de dessins anciens, dont beaucoup sont présentés au public pour la première fois.

« Du Greco à Delacroix, les collections de la Pinacothèque nationale d’Athènes », LAUSANNE (Suisse), fondation de l’Hermitage, 2 route du Signal, tél. 41 21 320 50 01, 30 janvier-31 mai, cat. 130 p., 80 ill., 43 FS (env. 27 euros).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°555 du 1 février 2004, avec le titre suivant : D’Athènes à Lausanne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque