Jeudi 13 décembre 2018

Dans l’intimité du lettré chinois

L'ŒIL

Le 1 janvier 2005 - 241 mots

C’est à la figure emblématique du lettré chinois au XVIIe siècle qu’est consacrée la nouvelle exposition du musée Rath, à Genève. Artiste amateur – musicien, calligraphe, peintre, poète – mais aussi collectionneur érudit élevé dans la pensée confucéenne, le lettré aspire à vivre une existence simple et solitaire, tandis que sa formation le destine à devenir fonctionnaire de l’administration impériale. L’exposition évoque la figure de cet homme de lettres qui aime se retirer en son jardin avec ses proches pour trouver la paix et l’inspiration et s’adonner à ses passions artistiques. Cent vingt objets puisés dans les prestigieuses collections du musée de Shangai – mobilier, lavis, encres, peintures sur rouleaux de soie ou de papier, céramiques, jades, bronzes et instruments de musique –, composent un parcours présentant à la fois des œuvres réalisées par le lettré lui-même et d’autres qui permettent d’évoquer son environnement, son cabinet, ses collections personnelles. Ces pièces de grande qualité témoignent de l’extrême raffinement de ses goûts d’esthète. L’exposition met également en évidence l’importance de l’écrit dans la culture chinoise, en montrant ses instruments de travail, qualifiés de « trésors du lettré » : pierres à encre, presse-papiers, sceaux gravés, burettes, boîtes et pinceaux – en porcelaine, en bambou, en bois laqué incrusté... – qui sont eux-mêmes de véritables œuvres d’art.

« À l’ombre des pins, chefs-d’œuvre d’art chinois du musée de Shanghai », GENÈVE (Suisse), musée Rath, place Neuve, tél. (022) 310 52 70, jusqu’au 16 janvier, cat. Somogy, 248 p., 195 ill., 48 FRS, 35 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°565 du 1 janvier 2005, avec le titre suivant : Dans l’intimité du lettré chinois

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque