Vendredi 27 novembre 2020

Montpellier (34)

Combas, double dose

Espace Dominique Bagouet et Carré Sainte-Anne Jusqu’aux 7 et 21 septembre 2014

Par Céline Piettre · L'ŒIL

Le 22 août 2014 - 333 mots

Robert Combas, on l’aime furieusement ou on le déteste avec délectation. La réception de sa peinture ressemble à sa peinture elle-même : bariolée, volubile, décomplexée, brute, épique.

Après une rétrospective au Mac de Lyon en 2012, orchestrée par Richard Leydier – l’un de ses fervents défenseurs –, le voilà à l’honneur à Montpellier. L’enfant du pays, le Lyonnais qui a grandi à Sète, bénéficie d’une double exposition au Carré Sainte-Anne et à l’Espace Bagouet. « Enfin ! », s’exclament-ils tous entre la Canourgue et la Comédie. Car « Combas a encore beaucoup de choses à dire », renchérit le commissaire, Numa Hambursin. L’artiste prolo qui vend à la pelle, le rockeur, croqueur de sirènes à poil, de batailles foutraques, rêve secrètement de reconnaissance institutionnelle. C’est donc avec le plus grand sérieux qu’il s’est attelé à la création d’une série d’œuvres pour Sainte-Anne (cette église néogothique devenue lieu d’exposition). Ses gribouillis fricotent ici avec l’antique, l’histoire de l’art, à la façon du cancre amoureux de sa maîtresse. Moïse à la barbe de mer, Vénus au sexe d’écailles, Orphée travesti. Le noir et blanc remplace la couleur à l’exception de quelques éclats émaillés. Celui qui exhorte à « changer souvent de peinture », mais dont le style est reconnaissable entre tous, depuis ses débuts, fait un léger écart. Les titres sont toujours aussi longs, les mots bousculés comme dans une partie de Boggle, mais la toile, elle, s’est allégée. La touche Combas gagne en sérénité, en solennité ! Solennité que l’on retrouve à l’Espace Bagouet pour un chemin de croix réalisé avec le peintre abstrait Ladislas Kijno, mort en 2012. Le corps du Christ s’ouvre sur des galaxies en papiers froissés, l’œil de la Vierge crache une larme. Kijno (qui s’est occupé des fonds) a laissé Combas dessiner les contours de l’histoire. Le premier nous plonge dans des profondeurs cosmiques, le second nous lance la violence de la Passion à la figure. Deux états d’esprit s’entrechoquent, provoquant, entre deux fausses notes, quelques explosions picturales inattendues.

« Le Chemin de croix de Robert Combas et Ladislas Kijno »
Espace Dominique Bagouet, esplanade Charles-de-Gaulle, Montpellier (34), www.montpellier.fr/3945

« La Mélancolie à ressorts »
Carré Sainte-Anne, 2, rue Philippy, Montpellier (34), www.montpellier.fr/505

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°671 du 1 septembre 2014, avec le titre suivant : Combas, double dose

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque