Jeudi 13 décembre 2018

Europe

Chine d’outre-tombe

Importante exposition itinérante sur la Chine antique

Le Journal des Arts

Le 1 juin 1995 - 375 mots

Une exposition d’objets de la Chine ancienne, peut-être la plus importante qu’on ait vue depuis vingt ans en Europe, s’ouvre ce mois-ci à la Villa Hügel, à Essen, en Allemagne. Six millénaires de culture et de civilisation chinoises s’exposent à la lumière des découvertes archéologiques les plus récentes. Les deux cents pièces présentées proviennent de collections et de musées chinois, et la majorité d’entre elles n’étaient jamais sorties du pays.

ESSEN - L’exposition rend compte des découvertes archéologiques des vingt dernières années, qui ont radicalement changé l’état des connaissances sur l’histoire de la Chine ancienne. Elle présente, en particulier, des objets spectaculaires exhumés, en 1986, des tombes sacrificielles de Sanxingdui, dans la province du Sichuan.

Parmi ceux-ci, des documents sur la dynastie locale des Chu datant des XIIIe-XIIe siècles av. J.-C., une figure de bronze en pied de 2,62 m, une tête d’homme grandeur nature en bronze doré, des masques ouvragés ainsi que des objets en bronze et en jade, attestent du raffinement de la culture de la Chine ancienne.

Ces objets remettent en question la thèse selon laquelle les figures humaines jouaient un rôle mineur dans l’art de la Chine au début du Ier millénaire av. J.-C. "Ces découvertes révèlent une Chine ancienne dont personne n’a jamais rêvé", déclarait Jessica Rawson, commissaire de l’exposition.

Les trésors découverts dans les tombes royales et nobles témoignent de la richesse de l’ancienne civilisation de la Chine du Sud et du Sud-Ouest. Parmi les objets appartenant à la culture Chu de la Chine méridionale de la période Zhou (VIIIe-IIIe siècle av. J.-C.), on note la figure en bronze d’1,5 m de haut d’un oiseau ressemblant à une grue, qui provient de la tombe du marquis Yi de Zeng.

Toutes ces découvertes montrent la place attachée à la vie après la mort dans les croyances chinoises.
On verra également des objets en céramique et en jade du Néo­lithique, des bronzes rituels, des bijoux et des bas-reliefs funéraires, ainsi que la statue en pierre monumentale d’une créature ailée mythique gardant une tombe de la dynastie Han (202 av. J.-C.-220 ap. J.-C.).

"Mystères de la Chine ancienne : les nouvelles découvertes des tombes royales", Villa Hügel, Essen de juin à octobre 1995. L’exposition ira ensuite à Munich, Zurich, Londres et Copenhague.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°15 du 1 juin 1995, avec le titre suivant : Chine d’outre-tombe

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque