Mercredi 18 septembre 2019

Domaine de Chaumont-sur-Loire, Chaumont-sur-Loire (41)

À Chaumont-sur-Loire, des jardins qui vous veulent du bien

Jusqu’au 17 octobre 2010

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 23 août 2010 - 339 mots

C’est l’un des événements incontournables de l’été. Créé en 1992, le Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire promet cette année encore une affluence record.

Comme chaque année, une vingtaine de jardins ont été sélectionnés parmi les trois cents dossiers reçus. Poétiques, artistiques et extrêmement rafraîchissants, ces jardins ont été réalisés par des paysagistes, architectes et artistes venus du monde entier.

Intitulée « Jardins corps et âmes », l’édition 2010, dont le jury est présidé par le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux, rend hommage au jardin du bien-être moral et physique, à cet espace de rêverie et de repos qui nous ressource et nous soigne. Plantes aromatiques, herbes à infuser ou à sécher, arbres de prière sont donc les principaux invités de cette année. Par exemple, vous pourrez prendre le thé (à 16 heures tous les week-ends) dans le jardin de plantes indigènes des paysagistes anglais George Richardson et de Jules Arthur (Bon thé, bon genre), écouter le gazouillement d’oiseaux dans Le Jardin qui chante des paysagistes allemandes Rosalie Zeile et Amalia Besada, contempler l’incroyable plante Tillandsia usneoides qui ressemble à une chevelure transparente dans son bocal de verre flottant au-dessus de l’eau (Cheveux d’anges, Christophe Marchalot et Félicia Fortuna). En écho au Festival, une douzaine d’artistes contemporains, plasticiens et photographes ont également planté leurs œuvres d’art sur le domaine.

 À l’honneur, Anne et Patrick Poirier proposent huit installations poétiques qui évoquent l’âme, la nature et la fragilité du monde tandis que le plasticien belge Bob Verschueren présente des installations à partir d’éléments végétaux issus du domaine. Côté photographie, on passe des montagnes du Huang Shang de Marc Riboud aux photographies d’arbres gelés de Marie-Jésus Diaz. Et, s’il vous reste un peu de temps dans cette folle journée, rendez-vous dans La Forêt de Gulliver de Nils-Udo, dans laquelle l’artiste allemand, représentant du Land Art, a planté dans le même espace des arbres géants et des arbustes miniatures, donnant ainsi au visiteur l’impression d’être aussi bien un géant qu’un lilliputien.

Voir

Festival international des jardins, Domaine de Chaumont-sur-Loire, Chaumont-sur-Loire (41), jusqu’au 17 octobre, www.domaine-chaumont.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°627 du 1 septembre 2010, avec le titre suivant : À Chaumont-sur-Loire, des jardins qui vous veulent du bien

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque