Chasseurs et guerriers

Héros mythiques et civilisateurs au Musée Dapper.

Le Journal des Arts

Le 18 décembre 2008

À travers cent trente œuvres – sculptures, gravures, figures équestres et boucliers –, le Musée Dapper s’interroge sur le statut du chasseur et du guerrier en Afrique, deux personnages complexes et ambivalents qui ne font souvent qu’un.

PARIS - En Afrique, la chasse et la guerre sont deux pratiques étroitement liées parce que toutes deux conceptualisent la vie et la mort, le pouvoir et le prestige. Respectés et honorés, les chasseurs et les guerriers africains sont craints, car ils versent le sang – celui des hommes et des animaux –, qui représente la fécondité et la reproduction nécessaires à la survie de la société. “Le chasseur, de même que le guerrier dont le savoir et l’endurance s’acquièrent et s’affirment au cours de l’initiation, transcendent tous les dangers”, explique Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du musée. Ainsi, la plupart d’entre eux s’astreignent aux mêmes interdits qu’un prêtre et se plient parfois à une véritable ascèse spirituelle. En tout, plus d’une centaine de sculptures, figures équestres en bois et en terre cuite, armes, boucliers et gravures sont présentés dans l’exposition, afin de cerner toute la complexité du rôle de chasseur et du statut de guerrier au sein des sociétés africaines. Faut-il voir dans les représentations sculptées des images de chasseur, de prêtre, de dignitaire ou de guerrier ? La première salle où sont réunis ces personnages armés – statue en bois Hemba, plaque du royaume de Bénin, pilier Yoruba – apporte de multiples réponses : en Afrique, les armes servent aussi bien d’instruments rituels, d’accessoires de parade que d’insignes de pouvoir.

Non loin, des aquarelles et des eaux-fortes provenant du Museum of Africa de Johannesburg illustrent l’aspect esthétique et idéologique de la guerre, en particulier chez les Zoulous d’Afrique du Sud. Au XIXe siècle, les farouches guerriers du célèbre stratège Chaka arboraient des parures somptueuses en plumes d’autruche et de grands boucliers en peaux d’animaux. Afin d’appuyer la démonstration, un ensemble de boucliers en peaux de buffle, d’hippopotame et en vannerie sont accrochés, au premier étage, comme des tableaux abstraits. Dans d’autres régions du continent africain, la figure glorieuse du guerrier dépasse le simple aspect historique pour atteindre une dimension mythique. C’est le cas dans les cultures du Mali, où l’image du guerrier à cheval remonte à la création même de l’Empire du Mali, au XIIIe siècle, par Sounjata Keita. Elle s’est perpétuée à travers les figures équestres en terre cuite de Djenné et les statues de cavaliers en bois Tellem et Dogons. Héros mythi­ques, les guerriers-chasseurs – les deux statuts finissent par se confondre – peuvent également être des héros civilisateurs. Ainsi, en Angola et dans l’ex-Zaïre, les très belles statuettes Tschokwé à la patine lustrée représentent Tshibinda Ilunga, un prince chasseur légendaire, fondateur du lignage. Le parcours se termine par une série d’armes, de statuettes et de sifflets de chasseur. La délicatesse des couteaux d’Afrique centrale, aux formes stylisées ou anthropomorphes, et la finesse des sculptures qui décorent les sceptres-lances Tschokwé ou les haches Souto font presque oublier leur fonction initiale. Elles sont devenues de véritables objets d’art et de prestige.

CHASSEURS ET GUERRIERS, 30 avril-30 septembre, Musée Dapper, 50 avenue Victor-Hugo, 75116 Paris, tlj 11h-19h. Ouvrage collectif, 280 p., ill. couleurs et n&b, 280 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°59 du 24 avril 1998, avec le titre suivant : Chasseurs et guerriers

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque