Lundi 10 décembre 2018

Chaplin face à son image

L'ŒIL

Le 1 juillet 2005 - 413 mots

En deux cent cinquante photographies de l’homme et de l’artiste, le Jeu de Paume rend hommage à l’un des plus grands acteurs et réalisateurs de l’histoire du cinéma.

Homme-orchestre, acteur, réalisateur, mais aussi véritable chorégraphe avec sa mécanique du gag réglée comme une horloge et son sens du mouvement, Charlie Chaplin (Londres, 1889 - Vevey, 1977) a construit une œuvre d’une force et d’une drôlerie indémodables. Axée sur la photographie, cette exposition retrace son itinéraire et sa production par le prisme de son image, celle de l’acteur et celle de l’homme. Deux cent cinquante clichés, dont la moitié sont des tirages d’époque, des photographies de tournage, de plateau ou de studio, mais aussi des affiches, des story-boards et des images plus intimes – un ensemble de films de famille où l’on voit l’acteur se donnant en spectacle devant ses proches –, composent un parcours riche en documents inédits.

Le personnage de Charlot, être solitaire et humaniste, en est naturellement le fil conducteur. Il apparaît dès les débuts de l’acteur – dans son deuxième court-métrage –, et grandit avec lui film après film, de La Ruée vers l’or (1925) aux Lumières de la ville (1931). Ces films – et bien d’autres Le Dictateur (1940), Les Feux de la rampe (1952) – sont ici documentés, les photographies étant mises en regard avec des extraits animés projetés sur une quinzaine d’écrans. Parmi les curiosités de l’exposition, le visiteur découvrira l’album Keystone (du nom de sa première maison de production), composé de photogrammes et de textes manuscrits du cinéaste relatifs à ses premiers courts-métrages, produits à partir de 1914. Un film tourné par le frère de Charlie Chaplin pendant la préparation du Dictateur, une scène coupée des Lumières de la ville, un documentaire sur la réalisation des films au studio Chaplin, tourné en 1918 et resté inédit à l’époque, réservent de jolies surprises. Enfin, quelques albums de presse, sélectionnés parmi les quelque cent vingt volumes constitués par l’acteur, montrent à quel point Chaplin veillait à son image en collectionnant minutieusement les reportages et les coupures de journaux le concernant. Autant de documents rares pour cette première grande exposition consacrée à ce géant du cinéma par le biais de la photographie.

« Chaplin et les images », PARIS, Jeu de Paume, site Concorde, 1 place de la Concorde, VIIIe, tél. 01 47 03 12 52, 7 juin-18 sept., cat. NBC éditions, 240 p., 250 ill., 49 euros. À voir aussi : « Chaplin dans tous ses états », Fnac Forum des Halles, Ier, 14 juin-15 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°571 du 1 juillet 2005, avec le titre suivant : Chaplin face à son image

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque