Lundi 10 décembre 2018

Art contemporain

Bill Viola dialogue avec les maîtres de la Renaissance

Par Carole Blumenfeld · Le Journal des Arts

Le 12 avril 2017 - 621 mots

La rétrospective du Palais Strozzi, à Florence, marque l’aboutissement d’une histoire de quarante ans entre le vidéaste américain et les chefs-d’œuvre de la cité toscane.

FLORENCE - Bill Viola multiplie les engagements depuis quelques années, mais la prochaine rétrospective au Guggenheim de Bilbao ou les présentations de son travail en ce moment même à Adelaïde, Dubaï ou Washington n’auront sans doute pas le même goût d’authenticité que l’exposition organisée par Arturo Galansino au Palazzo Strozzi, au Museo dell’Opera del Duomo, à Santa Maria Novella et aux Offices. Dès ses prémices, il y a deux ans, l’artiste s’est beaucoup impliqué dans ce projet qui répondait à un souhait très fort de montrer son travail à Florence, rendre ce que la cité lui avait offert.

Dans les années 1970, il y avait découvert un autre statut des œuvres d’art. Lors de leur première réunion, il a rappelé à Galansino ce qu’il avait déjà dit à ce sujet en 2003 : « Après une visite aux Offices, j’ai vraiment pris conscience que les musées avaient ici été créés pour l’art et non l’art pour les musées, comme c’était le cas sur la scène contemporaine que je venais de laisser derrière moi à New York. » Captivé par l’omniprésence physique des œuvres d’art dans l’espace public, Viola a repris cette anecdote : « Souvent, je me souviens, je croisais dans la rue une vieille dame qui venait mettre le matin de l’eau fraîche et des fleurs nouvelles sous un tableau de la Madone, dans une petite niche en hauteur à l’angle de son bâtiment. Tout ceci a donné une impulsion nouvelle à ma façon de voir les choses. »

Quand le présent chahute le passé
« Son rêve, explique Galansino, était de faire une rétrospective et lorsque je lui ai proposé de présenter aussi les œuvres qui l’avaient inspiré, il était très enthousiaste, mais il a voulu prendre le temps d’y réfléchir. Il ne l’avait jamais fait, ni imaginé. Il s’est vite pris au jeu. » Certains passages sont évidemment très séduisants comme la confrontation de La Visitation de Pontormo (Carmignano, Pieve di san Michele Arcangelo), sans cadre, avec The Greeting, une interprétation très littérale. Mais le Palazzo Strozzi révèle également un Bill Viola beaucoup plus subtil. Le passage le plus fort de l’exposition est sans aucun doute la présentation du Déluge sur un pan de mur que laisse entrevoir une ouverture ménagée sur la cimaise, où est accroché en dessus-de-porte Le Déluge universel et retrait des eaux de Paolo Uccello (Florence, Museo di Santa Maria Novella). Il s’agit bien d’une installation et non d’une simple projection d’une vidéo de Bill Viola, comme cela pourrait avoir lieu un peu partout dans le monde. Viola a mis son travail au service de l’œuvre de la Renaissance pour en éclairer la lecture, cette lutte des éléments et ce destin inexorable des humains face aux caprices de la nature.

Depuis quarante ans, l’œuvre de Bill Viola est tournée vers l’humain et la recherche de l’expression des émotions. Dans cet esprit, la vidéo de onze mètres de large, The Path, élément de l’installation Going Forth By Day (2002), lointainement inspirée de l’œuvre de Paolo Uccello La chasse de nuit d’Oxford, résume à elle seule sa réflexion menée sur la transcendance. Présentée ici dans un écrin – la grande salle du premier étage qui rappelle l’architecture d’un polyptique –, elle montre les hommes marchant sans fin dans une forêt baignée par une lumière de matin d’été, trouvant la voie pour se libérer des ténèbres et avancer vers la lumière du jour, leur renaissance. Selon Viola : « De telles images ont une vie propre, car elles sont libres et autonomes. » L’artiste, qui parcourait d’un pas timide les salles pendant le montage, semblait lui-même étonné de leur effet, comme si elles ne lui appartenaient déjà plus.

Bill Viola. Rinascimento Elettronico

Jusqu’au 23 juillet, Palazzo Strozzi, Piazza degli Strozzi, Florence (Italie).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°477 du 14 avril 2017, avec le titre suivant : Bill Viola dialogue avec les maîtres de la Renaissance

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque