Dimanche 19 janvier 2020

Bien dans son corps

Le Plateau présente “De la représentation à l’action”?

Par Olivier Michelon · Le Journal des Arts

Le 10 janvier 2003 - 619 mots

PARIS - “Les années 1980 auront peut-être été celles de la prise de valeur de l’objet, mais la décennie passée a marqué un retour sur la question du corps, explique la critique María Inés Rodríguez. Bien sûr, il y a l’héritage des années 1970, de la performance, mais aussi davantage de moyens pour exprimer ce questionnement : la vidéo, l’installation ou encore le dessin. Au-delà du plan artistique, la situation est aussi tout autre. L’idée de l’exposition date d’il y a trois ans ; à l’époque, une loi interdisant l’IVG a été votée sans aucun débat en Colombie, dans le même temps que des commandos agissaient en France dans des cliniques. De même, aujourd’hui, la polémique sur la prostitution ne laisse aucune place à la parole. La discussion est nécessaire.” Troisième et dernier volet d’une manifestation qui s’est d’abord déroulée à Mexico et Bogotá, “De la représentation à l’action”, l’exposition initiée par María Inés Rodríguez en collaboration avec différents intervenants, tente justement d’approcher le corps et les discours qui l’accompagnent par le biais des œuvres d’une dizaine d’artistes de générations et d’origines différentes (bien que majoritairement colombiens pour l’étape parisienne). Ainsi de Ma. Angélica Medina, née en 1939, et qui interroge l’image de son vieillissement, ou du jeune Giovanni Vargas qui dessine avec des poils de chiens des scènes de famille, de groupe et d’autorité (Craft, 1999-2000), images tirées de manuels scolaires. Dans une vaste installation, L’Arena di Milano (2001), qui recourt à la peinture, à la vidéo, et à la photographie, Elke Krystufek tâte, elle, tous les temps du corps. Elle épuise par la confession, l’exhibition, l’autoportrait ou le travestissement tout ce qui fait son image. À l’inverse de ce foisonnement, l’artiste et architecte Pablo León de la Barra a construit dans les salles du Plateau un environnement dont le rose évoque une chambre d’adolescent. Espace de la construction de l’identité, il se transforme en lieu de discussion lors de rencontres et débats. Punaisées aux murs comme des posters d’idoles, des coupures de presse y suggèrent l’image d’un adolescent mondial (telle cette petite frappe des favelas habillée en Prada), tout comme la sélection de magazines opérée par la critique Jade Lindgaard. Dans leurs pages se lisent les mêmes sourires et les mêmes interdits, que l’on soit en Europe ou en Amérique du Sud.
“Peut-être la différence entre le travail des artistes d’Amérique du Sud et les Européens se trouve dans le contexte, estime Maria Inés Rodríguez. Pour le reste, les problématiques et les sujets abordés sont très proches.” De fait, dans Sans titre (Green Piece) (1993), une vidéo où Juan Fernando Herrán mastique de l’herbe pour composer une sphère à partir d’un fragment de paysage, le corps adopte une posture universelle, celle d’une machine à transformer. Ce rapport du monde avec l’individu est observé sous l’angle des découpages économiques et politiques par Wilson Díaz, qui traite le sujet avec violence. Déjà remarqué lors de l’exposition “De l’adversité nous vaincrons” au Musée d’art moderne de la Ville de Paris (lire le JdA n° 130, 29 juin 2002), le Colombien utilise son corps comme un véhicule pour Vientre (1999-2000). Après avoir ingurgité des graines de coca, il traverse une frontière pour les déféquer. Dans la position d’un passeur qui vend son corps, il est un clandestin par le simple fruit de ses entrailles.

DE LA REPRÉSENTATION À L’ACTION, jusqu’au 16 février, Le Plateau, angle de la rue des Alouettes et de la rue Carducci, 75019 Paris, tél. 01 53 19 84 10, du mercredi au vendredi 14h-19h, samedi et dimanche 11h-19h, cat. 15 euros ; simultanément, Mains d’Œuvres, 1 rue Charles-Garnier, 93400 Saint-Ouen, tél. 01 40 11 25 25, présente une intervention de Pilar Echezaretta et accueille l’atelier d’Andréa Crews.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°162 du 10 janvier 2003, avec le titre suivant : Bien dans son corps

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque