Dimanche 17 novembre 2019

Palais Lumière, Évian (74) Jusqu’au 2 octobre 2011

Avec le Liechtenstein, Évian se rêve en grand

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 23 juin 2011 - 314 mots

« C’est sans aucun doute le projet le plus important du Palais Lumière d’Évian. En taille comme en qualité. » Co-commissaire de l’exposition dédiée aux splendeurs des collections du prince du Liechtenstein, Caroline Messensee en parle avec enthousiasme. Et l’événement mérite en effet d’être remarqué puisque, pour la première fois en France, une partie importante de la très célèbre collection des princes du Liechtenstein est présentée au public. Enrichi depuis cinq siècles par les différents souverains et, aujourd’hui encore, par l’actuel prince régnant S.A.S. Hans Adam II, l’ensemble, abrité au Liechtenstein Museum de Vienne, est considéré comme l’une des plus précieuses collections d’art au monde.
L’exposition d’Évian, qui compte quelque soixante-dix tableaux, vingt sculptures et du mobilier issus de cette collection, donne un aperçu éloquent de sa qualité. Le choix des œuvres illustre le double patrimoine du musée, avec des toiles qui couvrent la période baroque hollandaise (dont deux huiles de Rubens, des œuvres de Rembrandt et de Van Dyck) et la période baroque italienne (dont Canaletto et Guido Reni).

Hormis le classicisme, une partie de l’exposition est dédiée au Biedermeier. Cette période de l’histoire de l’art allemand et autrichien de la première moitié du XIXe siècle désigne l’émergence d’un art bourgeois marqué par un repli des artistes et de la société sur la sphère privée. Peu connus en France, d’Amerling, Gauermann ou Waldmüller sont quelques-uns des grands noms de l’art de ces deux pays. Symbole de cette période, le Portrait de la princesse Marie Franziska von Liechtenstein à l’âge de deux ans (1836) de Amerling représente un adorable enfant endormi sur son oreiller. Choisi comme icône par le Musée Liechtenstein de Vienne, ce portrait reflète également le lien très privilégié et intime que les artistes entretenaient avec les princes de l’époque.

« Splendeurs des collections du prince du Liechtenstein. Brueghel, Rembrandt, Rubens »

Palais Lumière, quai Albert-Besson, Évian (74), www.ville-evian.fr, jusqu’au 2 octobre 2011.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°637 du 1 juillet 2011, avec le titre suivant : Avec le Liechtenstein, Évian se rêve en grand

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque