Dimanche 1 novembre 2020

Artistes et galeries à travers le monde (28 septembre 2001)

L’actualité de l’art contemporain

Le Journal des Arts

Le 28 septembre 2001 - 507 mots

LONDRES

- L’artiste écossais Roddy Buchanan fait ses débuts ce mois-ci à la Lisson Gallery avec une nouvelle série d’installations vidéo et de photographies. Les jeux et sports que nous pratiquons restent ses thèmes de prédilection. À la Biennale de Venise, il a présenté des sacs de toile pesant exactement le même poids que certaines stars de la boxe tels George Foreman ou Mike Tyson, accompagnés de détails présentant les attaques que ces boxeurs n’ont pas pu contrer. Pour son exposition à la  Lisson Gallery, Buchanan a collaboré avec le club de base-ball de première division d’Édimbourg : l’une des œuvres se compose de deux projecteurs qui, installés chacun à une extrémité de la galerie, se font face et diffusent l’image d’une balle de base-ball lancée d’un côté et récupérée de l’autre, que l’on entend siffler tandis qu’elle parcourt l’espace entre les deux points lumineux.

Lisson Gallery, 52-54 Bell Street, Londres, tél. 44 20 7724 2739, jusqu’au 19 octobre.

- L’Emily Tsingou Gallery propose un voyage dans les profondeurs d’un inconscient enfiévré, et la totalité de son espace d’exposition est engloutie par les dreamt-of drawings (dessins rêvés) de Jim Shaw qui mixe en un cocktail méticuleusement dosé des images puisées dans le Surréalisme, le photoréalisme, et les magazines de bande dessinée. Parlant de cette imagerie du rêve, l’artiste, explique qu’elle est un « phénomène inattendu et un répertoire complexe de calembours visuels et verbaux ». Apparu au début des années 1990, ce thème n’avait, jusqu’à présent, jamais encore été traité dans ce format.

Emily Tsingou Gallery, 10 Charles II Street, Londres, tél. 44 20 7839 5320, jusqu’au 27 octobre.

ZURICH

- En marge des expositions rétrospectives que consacrent actuellement les grandes institutions françaises et étrangères à Paul McCarthy, la galerie Hauser & Wirth présente un ensemble d’œuvres plus confidentiel. Réalisée cette année, la série de dessins intitulée Pirate drawings explore les récits légendaires des pirates sur un ton empreint de fantaisie et de férocité. L’artiste revisite les mythes et les stéréotypes de la culture populaire américaine à travers tous les médiums dont il dispose (performance, installation, film, sculpture et dessin).

Galerie Hauser & Wirth, Limmatstrasse 270, Zurich, tél. 41 1 446 80 50, jusqu’au 13 octobre.

PARIS

- À contre courant de certains de ses compatriotes fascinés par les charmes numériques de la photographie, Nishikawa, artiste japonais résidant à Düsseldorf, utilise un vocabulaire formel simple et dépouillé, issu de la nature : sculptures aux formes végétales (Physalis) ou torsadées qui évoquent par exemple un des quatre éléments (Aqua). Poursuivant plus avant sa quête d’immatérialité, l’artiste présente à la galerie Casini une nouvelle série d’œuvres constituée de plusieurs plaques de Plexiglas colorées et encastrées dans un caisson. La superposition de ces différentes couches de couleurs crée de subtiles variations de tonalités instables et vibrantes. Unis dans une même entité, couleur et volume composent une œuvre moins sereine qu’il n’y paraît, où le regard s’épuise à percer l’opacité et les secrets de la matière.

Galerie Philippe Casini, 13 rue Chapon, 75003 Paris, tél. 01 48 04 00 34, jusqu’au 3 nov.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°133 du 28 septembre 2001, avec le titre suivant : Artistes et galeries à travers le monde (28 septembre 2001)

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque