Mardi 11 décembre 2018

Artistes et galeries à travers le monde (16 mai 1997)

L’actualité de l’art contemporain

Le Journal des Arts

Le 16 mai 1997 - 1305 mots

BOLOGNE

Du 30 mai au 28 septembre, Marabini montre le travail de Ben Langlands et Nikki Bell, deux jeunes artistes britanniques qui représenteront leur pays lors de la prochaine Biennale de Venise, dans la section "Aperto". L’exposition confirme la fascination des artistes pour le caractère métaphysique de l’architecture. Le dessin des bâtiments, représentés à échelle réduite, s’attache à dévoiler leurs fonctions purement symboliques.
Marabini, via Nosadella 45, Bologne, tél. 39 51 644 7482, 30 mai-28 septembre

BRUXELLES

La partielle déconfiture du centre commercial des Galeries de la Toison d’or a donné des idées à la galerie Plateau et à Kurt Vanbelleghem. Dix-huit artistes belges et internationaux occupent les magasins déserts. Les installations se succèdent, jouant d’univers parfois antagonistes. Alec De Busschere, Griet Dobbels et Jean-Paul Derrider s’offrent ainsi en vitrine dans un des quartiers les plus courus de la capitale. Une initiative alternative à découvrir jusqu’au 22 juin.
Galeries de la Toison d’or, avenue de la Toison d’Or, 1000 Bruxelles, jusqu’au 22 juin

Artkiosk affiche ses préférences dans une exposition-synthèse qui met en évidence les options de la galerie. Photographie et vidéo se taillent la part du lion avec Marina Cox et Peter Newman. Imau et Alessandro Algardi explorent les liens qui unissent peinture et écriture, tandis que Timur Novoko, Komarova et Andrej Barov ouvrent des voies différentes pour restaurer le concept de beauté.
Artkiosk, 9 avenue Jean Volders, 1060 Bruxelles, jusqu’au 8 juin

Hervé et Richard Di Rosa débarquent chez Bastien. Sous le titre de "Mémoire de papier et esprit de fer", les frères Di Rosa mettent en scène leur univers fantastique. Richard, alias Buddy, déploie son théâtre baroque. La ligne anime le fer en spirales infinies, les silhouettes évoluent comme des coups de fouet, et chaque figure y va de son récit coloré. Hervé, pour sa part, a tiré de ses voyages en Asie ou en Afrique des aquarelles qui pratiquent à foison le mélange des cultures. Le papier se fait lieu de mémoire jusqu’à un journal intime que trahissent des proportions monumentales. L’heure est à l’exploration. La joie explosive qui se dégage des œuvres exposées se veut contagieuse. Une façon comme une autre d’annoncer l’été.
Bastien, 61 rue de la Madeleine, 1000 Bruxelles, tél. 32 25132563

DIJON

Philippe Gronon expose deux ensembles de photographies noir et blanc contrecollées sur aluminium à la galerie Barnoud : Écritoires, bibliothèque Mazarine (1994), et Coffres-forts (1991). Dans cette dernière série, le temps a marqué de son empreinte les portes des armoires, matérialisé par de multiples biffures.
Galerie Barnoud, 27 rue Berlier, 21000 Dijon, tél. 03 80 66 23 26, jusqu’au 28 juin

LONDRES

Les œuvres récentes de Sarah Lucas inaugurent le rez-de-chaussée des St John’s Lofts. Leur titre, The Law, est particulièrement ambigu pour une artiste qui pense que les règles sont faites pour être enfreintes. Après avoir travaillé avec Anthony d’Offay et Jay Joplin, elle préfère aujourd’hui rester indépendante. Elle expose ici une vingtaine de sculptures, d’images et installations.
St John’s Lofts, 196-204 St John Street, Londres, jusqu’au 9 juin

NEW YORK

L’Anglais Gary Hume expose à la Matthew Marks Gallery, dans son espace du 522 West 22nd Street, une série de douze peintures sur aluminium. L’artiste y confirme ses qualités de coloriste, maîtrisant d’étonnantes harmonies tout en élargissant son iconographie aux portraits d’hommes et de femmes, à la faune et à la flore.
Matthew Marks Gallery, 522 West 22nd Street, New York, tél. 1 212 243 1650, jusqu’au 27 juin

PARIS

Une bande dessinée de 1947 met en scène la visite de Mickey dans un musée d’art moderne. Bertrand Lavier a repris les œuvres "abstraites" et fictives balisant le parcours de la célèbre souris pour les transformer en vrais tableaux et en vraies sculptures. Cette série, proche esthétiquement des œuvres d’un Arp, est exposée aujourd’hui, et suivant les désirs de Lavier, chez Denise René qui fut la galeriste de l’artiste Dada.
Galerie Denise René, 196 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris, tél. 01 42 22 77 57, jusqu’au 30 mai

John Baldessari est simultanément exposé dans deux galeries parisiennes. L’artiste californien montre ici des pièces de 1991 à aujourd’hui qui s’articulent autour d’images cinématographiques et télévisuelles. Il réalise alors un "collage" de clichés provenant de publicités, de films ou de reportages. Baldessari nous propose une vision très personnelle du flot des images qui nous assaille.
Marian Goodman, 7 rue Debelleyme, 75003 Paris, tél. 01 48 04 70 52 ; Galerie Laage-Salomon, 57 rue du Temple, 75004 Paris, tél. 01 42 78 11 71, jusqu’au 31 mai

John Chamberlain présente quatre grandes sculptures, de 1967 à nos jours, chez Karsten Greve. L’artiste américain travaille à partir d’objets industriels, principalement du métal issu de carrosseries d’automobiles, qu’il plie, froisse, martèle et soude. À côté de ces pièces, il montre également des photographies réalisées avec un appareil "wide lux" disposant d’un objectif grand angle rotatif.
Galerie Karsten Greve, 5 rue Debelleyme, 75003 Paris, tél. 01 42 77 19 37, jusqu’au 24 mai

L’exposition de Glenn Baxter à Paris réunit un ensemble d’une vingtaine de dessins originaux de cet artiste britannique qui cultive un monde unissant l’humour et l’absurde. Simultanément est présenté son nouvel ouvrage, en lui-même tout un programme : le livre de l’Amour.
Galerie Martine et Thibault de la Châtre, 36 rue de Varenne, 75007 Paris, tél. 01 45 48 82 99, jusqu’au 7 juin

"Les Maîtres du tondo" réunit à la galerie Claude Lemand un ensemble de peintures réalisées dans ce format particulier hérité de la Renaissance. Sam Francis, Shirley Jaffe, Joan Mitchell ou Joël Kermarrec figurent parmi les artistes exposés.
Galerie Claude Lemand, 16 rue Littré, 75006 Paris, tél. 01 45 49 26 95, 22 mai-28 juin

Denmark, depuis le milieu des années soixante-dix, travaille à partir de magazines et de journaux, les empilant ou les découpant pour les transformer en matière première de ses sculptures et installations. Paradoxalement, les écrits s’effacent pour ne plus laisser place qu’au support, tout en pérennisant hebdomadaires et quotidiens par nature éphémères.
Galerie Krief, 50 rue Mazarine, 75006 Paris, tél. 01 43 29 32 37, 22 mai-12 juillet

ROME

Malgré la morosité du marché de l’art contemporain, le Studio Casoli, de Milan, a récemment inauguré un nouvel espace dans le centre historique de Rome, au coin de la place Navona. L’exposition inaugurale, "Touch Iron", fait référence à la superstition italienne populaire selon laquelle toucher du métal porterait chance. Les travaux montrés, tous réalisés dans cette matière, mettent en lumière les mouvements artistiques italiens, de l’Informel (Fontana et Burri) à l’Art conceptuel (Manzoni, Boetti), de l’Abstraction historique (Melotti) et l’Arte povera (Merz, Kounellis, Fabro et Zorio).
Studio Casoli, via della Vertrina, Rome, tél. 39 6 68892700, jusqu’au 20 mai

SAN FRANCISCO

La Robert Koch Gallery, l’une des meilleures galeries de photographies des États-Unis, montre jusqu’au 24 mai de très rares "vintages" du photographe et peintre tchèque Frantisek Drtikol (1883-1961). L’exposition a été si difficile à monter que la galerie a décidé de publier un catalogue, et le principe d’une rétrospective itinérante pour différents musées serait également sur le point d’être adopté. Robert Koch veut montrer que le travail de Drtikol dans les années 1920 en fait l’un des artistes importants de l’époque. Après quelques pièces des débuts pictorialistes de l’artiste tchèque, l’exposition montre en détail son utilisation de la lumière, issue du cinéma expressionniste.
Robert Koch Gallery, jusqu’au 24 mai

TURIN

Artiste nomade par excellence, autant par son choix de vie que par son travail artistique, l’Espagnole Pilar Gomez Cossio porte ses recherches sur deux villes totalement différentes : Madrid, l’extravertie, et Turin, l’introvertie. Ses assemblages photographies, relecture de la ville italienne en un sens, sont exposées chez Paolo Tonin.
Paolo Tonin, via Ozanam 7, Turin, tél. 39 11 81 812 7150, jusqu’à fin mai

ZURICH

La galerie Mai 36 expose un ensemble récent de photographies de grand format de l’artiste allemand Andreas Gursky. Les clichés du photographe de la "Nouvelle Objectivité" mettent en scène extérieurs ou intérieurs, à l’exemple d’une vue d’un présentoir à chaussures dans un magasin Prada.
Mai 36 Galerie, Rämistrasse 37, Zurich, tél. 41 1 261 68 80, jusqu’au 31 mai

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°38 du 16 mai 1997, avec le titre suivant : Artistes et galeries à travers le monde (16 mai 1997)

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque