Dimanche 16 décembre 2018

Paris - 7e

Ângelo de Sousa, magicien de la couleur

Fondation Calouste Gulbenkian jusqu’au 16 avril 2017

Par Aurélie Romanacce · L'ŒIL

Le 17 février 2017 - 293 mots

Pour cette nouvelle exposition, la Fondation Calouste Gulbenkian a choisi de rendre hommage au génial touche-à-tout Ângelo de Sousa (1938-2011), artiste
portugais à la production prolifique et à l’insatiable curiosité.

Aussi bien peintre, dessinateur, photographe, vidéaste que sculpteur, ses recherches formelles sur la couleur, la lumière, l’espace mais aussi sur le corps et le végétal l’ont rendu célèbre au Portugal sans toutefois le faire connaître hors des frontières lusitaniennes. Face à cette injuste méconnaissance, la Fondation Calouste Gulbenkian présente une sélection de tableaux, de photographies, de vidéos et de maquettes, des années 1960 aux années 2000, révélatrice de la richesse de son travail. En virtuose de la couleur, Ângelo de Sousa, fervent admirateur de Bonnard, parvient à l’aide d’une palette restreinte à faire vibrer l’espace de ses monochromes par d’étonnantes tonalités atmosphériques. Cette sensation de lumière diffuse trouve son apogée dans la série de Diapositives de chevalet (1978-1979) où des projections de formes géométriques nimbées de couleurs psychédéliques se succèdent à une cadence hypnotique. Si la section de l’exposition dédiée à la peintures et aux maquettes de sculptures marque le spectateur par sa puissance visuelle, le couloir consacré aux séries de photographies Épiphanie et Umanistes est décevant par la faiblesse des tirages posthumes réalisés à partir de négatifs scannés. En revanche, la dernière salle retient brillamment l’attention par une série de photographies grand format datant de 1975 représentant la main de l’artiste en macroscopique. Les rides, crevasses, poils et grains forment des paysages de chair énigmatiques auxquels répondent trois superbes compositions aux pastels datant de 2003 qui évoquent des doigts en mouvement aux couleurs étincelantes. L’exposition s’achève au rez-de-chaussée par la diffusion d’un documentaire (uniquement sous-titré en anglais) sur Ângelo de Sousa, révélateur de son parcours hors norme et de son inouïe créativité. 

« Ângelo de Sousa. La couleur et le grain noir des choses »

Fondation Calouste Gulbenkian – Délégation en France, 39, boulevard de la Tour-Maubourg, Paris-7e, www.gulbenkian-paris.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°699 du 1 mars 2017, avec le titre suivant : Ângelo de Sousa, magicien de la couleur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque