Mardi 11 décembre 2018

Paris 7e

Angela Grauerholz, l’Hitchcockienne

Centre culturel canadien jusqu’au 24 mars 2017

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 16 janvier 2017 - 261 mots

Chez Angela Grauerholz, un tableau flottant dans une salle de musée, une sculpture antique tronquée de sa tête par une fenêtre à guillotine ou l’éclat lumineux d’un rideau bleu tiré devant un écran de cinéma devient aussi intrigant qu’étrange. Notamment quand, dans cette salle de cinéma a priori vide, se dessine un pied à peine perceptible posé sur le dos d’un fauteuil.

Encadrement de fenêtre, vitre, angle(s) d’une pièce, rideaux, papier peint, miroir ou sièges sont plus que des éléments récurrents dans le travail de la photographe canadienne d’origine allemande. Ils sont des éléments déstabilisateurs de la perception commune d’un espace, de son décor et de sa fonction, qu’il appartienne à un musée, une salle de bains, un hall ou un salon d’hôtel. À partir de deux prises de guingois au-dessus d’un canapé, et juste en son milieu, ou de deux chaises éloignées l’une de l’autre d’une table, unique mobilier d’une immense pièce vide, Angela Grauerholz provoque l’imaginaire. Comme chez Hitchcock, l’élément anodin ou familier fait basculer d’une réalité à une autre. Le choix de ne retenir que le travail couleur de ses quinze dernières années, d’y incorporer la série Privation (suite de portraits au scanner de livres récupérés par la photographe après l’incendie de sa bibliothèque) renforce l’intériorité de l’œuvre, pour la première fois objet en France d’une exposition d’une telle ampleur. L’uniformité des tirages des photographies, toutes réimprimées pour l’exposition, renforce ce sentiment. Le Scotiabank Photography Award qui lui a été décerné au Canada, en 2015, a donné lieu à une monographie intéressante chez Steidl, uniquement en anglais, malheureusement.

« Angela Grauerholz. Écrins/Écrans »

Centre culturel canadien, 5, rue de Constantine, Paris-7e, www.canada-culture.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°698 du 1 février 2017, avec le titre suivant : Angela Grauerholz, l’Hitchcockienne

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque