Dimanche 18 novembre 2018

Débat

Alain Séchas : félin, pour l'autre

Par Anaïd Demir · Le Journal des Arts

Le 29 août 2003 - 366 mots

Le 24 juin à l'Espace Paul-Ricard, à Paris, les "Entretiens sur l'art" menés par la critique d'art Catherine Francblin nous ont offerts leur dernière séance avant l'été. Ambitieux et prometteur, c'est le vaste thème d’"Art et expérience publique" qui avait été retenu, avec pour sésame le travail d'Alain Séchas. Aux côtés de l'artiste, pour qui "art égale responsabilité", la philosophe Joëlle Zask, auteur de l'ouvrage Art et Démocratie (éd. P.U.F.), a tenté d'établir des parallèles entre l'acte artistique et l'engagement politique. À travers une présentation des dessins, installations et de quelques-unes des commandes publiques réalisées par Alain Séchas, l'audience s'est familiarisée avec une œuvre dont le principal motif récurrent est la figure d’un chat anthropomorphe. Entre tragique et comique, bande dessinée et caricature, l'œuvre dépeint avec ironie et sérieux les travers de la société actuelle. Par des affiches grand format comme celles réalisées pour les colonnes de billetterie du tramway de Strasbourg ou des sculptures comme Super Chaton, qui se dresse dans la cour d'un collège réputé difficile, Séchas est revenu sur les différentes réactions suscitées par ses interventions à l'extérieur de l'espace muséal. Joëlle Zask, qui a largement commenté l'œuvre de Séchas dans son livre Art et Démocratie, a étayé les propos de l'artiste : "Qu'ils soient muséaux ou urbains, ces dispositifs sont de fortes invitations, voire des injonctions à prendre parti, à se responsabiliser, donc à exercer sa liberté". Dans la démocratie, être citoyen, c'est prendre part à la création des lois qui régissent notre vie. Or, "l'art est plus du côté de la participation que du consensus", a affirmé la philosophe. Cependant, ce long débat de fin de saison nous a largement laissé sur notre faim du point de vue socio-politique. La question du fossé entre l'art et le public, qui a pour principale cause un déficit d'éducation en la matière, n'a été abordée que dans les dernières minutes. Mais, on l'aura compris, Séchas, avec ses figures familières, fait partie des artistes qui tendent à réduire ce fossé.

Les prochains "Entretiens sur l'art" : "Venise, Valence, Lyon, à quoi jouent les biennales ?" auront lieu le 24 septembre, Espace Paul-Ricard, 9 rue Royale, 75008 Paris, tél. 01 53 30 88 00. Entrée libre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°175 du 29 août 2003, avec le titre suivant : Alain Séchas : félin, pour l'autre

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque