Et si la Joconde s’appelait en réalité Pacifica Brandani ?

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 19 octobre 2009

MUNICH (ALLEMAGNE) [19.10.09] – Roberto Zapperi, historien italien, pense que Giorgio Vasari a inventé l’histoire du portrait de Mona Lisa. Le portrait serait en réalité celui de Pacifica Brandani, une des maîtresses de Julien de Médicis, fils de Laurent le Magnifique.

Pour Roberto Zapperi, historien italien spécialiste des archives, nous ne regardons pas la bonne personne quand nous contemplons la Joconde au Musée du Louvre. Lisa del Giocondo serait en réalité Pacifica Brandini.
Dans le Süddeutsche Zeitung, il explique les principaux arguments de sa thèse, avant la parution de ses recherches.

Selon Zapperi, Vasari et ses Vies ne doivent pas être lus à la lettre, et la version des Vies serait une formule littéraire, courante à l’époque mais infidèle du point de vue historique.
D’après un témoin oculaire, dont les mémoires sont conservés, Léonard de Vinci disait que le portrait était une ancienne commande de Julien de Médicis représentant une dame florentine.

Julien de Médicis (1478-1516) est le fils de Laurent le Magnifique, et il vécut à Florence, à Urbin et à Rome. Il est surtout resté célèbre pour ses conquêtes féminines. S’il est le commanditaire du portrait, à coup sûr celui-ci représente une de ses maîtresses. Selon Zapperi, une seule se démarque des autres, par le fait d’avoir donné naissance à un fils reconnu par Julien. Il s’agit de Pacifica Brandini d’Urbin, qui mourut des suites de l’accouchement en 1511. Alors Julien décide de prendre soin de l’enfant, et aurait demandé à Léonard de Vinci d’exécuter un portrait posthume (donc relativement imagé) de la mère pour son fils. Les deux hommes sont alors à Rome autour de l’année 1513.

Pour l’historien, si le portrait est resté en possession du peintre jusqu’à sa mort, c’est parce que Julien de Médicis meurt en 1516, sans avoir payé la totalité de la commande et que le tableau est toujours inachevé.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque