Mardi 10 décembre 2019

Drouot : un troisième commissaire-priseur mis en examen depuis le début de l’année

Par Armelle Malvoisin · lejournaldesarts.fr

Le 13 mai 2011 - 263 mots

PARIS [13.05.11] - Une semaine après son confrère Claude Boisgirard, le commissaire-priseur Hubert Brissonneau a été mis en examen pour recel de vols en bande organisée et d’association de malfaiteurs dans l’affaire Drouot.

À l’issue de deux jours de garde à vue, Hubert Brissonneau, commissaire-priseur à Drouot a été mis en examen jeudi 12 mai pour recel de vols en bande organisée et d’association de malfaiteurs dans le cadre de l’affaire des vols commis par les « cols rouges » (transporteurs et manutentionnaires) de l’hôtel Drouot, lequel a éclaté fin 2009. Il a été mis sous contrôle judiciaire. Il n’a plus droit de tenir le marteau.

Depuis 2002, Hubert Brissonneau organise à Drouot des ventes dites classiques, de mobilier et objets d’art, tableaux anciens et modernes, bijoux et argenterie, livres et autographes et archéologie. Il orchestre des vacations de prestige en collaboration avec le cabinet d’expertise Daguerre.

D’autres commissaires-priseurs sont dans la ligne de mire du juge en charge du dossier, Jean-Louis Périès. Il semble à présent que le rythme des mises en examen s’accélère : après Philippe Lartigue de la société de ventes Massol (le 3 février) et Claude Boisgirard (le 5 mai), Brissonneau est le 3e patron de maison de ventes parisienne à être mis en cause cette année dans l’affaire des objets d’art volés lors d’inventaires de succession et d’enlèvements. Ces objets étaient ensuite stockés, puis mis en vente à l’hôtel des ventes parisien au profit des commissionnaires de Drouot. Soit une organisation bien huilée. Outre des commissaires-priseurs qui auraient facilité ce trafic, des clercs et crieurs seraient aussi impliqués.

Légende photo

© photo A. Malvoisin

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque