Dimanche 15 septembre 2019

Théo Mercier fait table rase du futur

Par Céline Piettre · L'ŒIL

Le 19 mars 2014 - 332 mots

On ne sait pas grand-chose du premier spectacle du plasticien Théo Mercier, finaliste pour le prix Duchamp 2014 et actuellement pensionnaire à la Villa Médicis.

Assez, cependant, pour piquer notre curiosité – ils ne sont pas si nombreux que cela, après tout, à tenter leur chance au théâtre. Son titre d’abord, Du futur faisons table rase, qui sonne comme un slogan punk hanté par un esprit dadaïste. Ses interprètes ensuite, que l’artiste est allé chercher dans les zones indomptées de la jeune scène française. À la MAC de Créteil, on verra donc le groupe d’électroclash Sexy Sushi – « des amis de longue date », précise Théo qui a signé la pochette de leur dernier album – ; se joindront à eux – cela devient de plus en plus intéressant – le chorégraphe François Chaignaud ainsi que Marlène Saldana et Jonathan Drillet (alias The UPSBD), qui nous ont récemment régalé d’un biopic aigre-doux sur Yves Saint Laurent.

« Je fréquente plus les théâtres que les musées, explique Théo Mercier, j’ai choisi de travailler avec des gens que j’apprécie en tant que spectateur. » En l’occurrence, ici, trois artistes qui, sous couvert de nihilisme pop (Sexy Sushi), de bouffonnerie (The UPSBD) ou d’une certaine préciosité (François Chaignaud) s’enracinent en profondeur dans le politique. La pièce prend ainsi la forme, limpide, d’une invitation. Les performeurs y jouent leur propre rôle. Ils ne se retrouveront ensemble sur scène que quelques jours avant la première. « Nous avons collaboré à distance, une stratégie qui fait toute la singularité du projet », dit Théo Mercier qui ajoute : « Ce n’est évidemment pas sans risque. » L’artiste vient de passer une année à coller des banderoles dans les lieux historiques et institutionnels de Rome. Elles seront le matériau principal du spectacle et confirment la place croissante de l’écriture dans le travail de Théo Mercier, jusqu’à présent dominé par la sculpture. La pièce s’annonce expérimentale, on se plaît à l’imaginer bruyante, sauvage et d’une beauté un peu entêtante.

Quoi ?
Du futur faisons table rase

Où ?
Maison des arts et de la culture de Créteil (94)

Quand ?
Les 28 et 29 mars à 21 h.

Comment ?
www.maccreteil.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°667 du 1 avril 2014, avec le titre suivant : Théo Mercier fait table rase du futur

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque