Vendredi 28 février 2020

Vol

Quinze œuvres volées de Georg Baselitz retrouvées par la police allemande

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 8 septembre 2017 - 268 mots

MUNICH (ALLEMAGNE) [08.09.17] - La police allemande a mis la main sur plusieurs toiles du peintre allemand qui avaient été volées. Le montant total des œuvres s'élèverait à 2,5 millions d'euros. Trois suspects travaillant dans les transports maritimes ont été interpellés.

Un père et son fils ont été démasqués alors qu'ils cherchaient à revendre l'une des toiles de Georg Baselitz. Ils en proposaient un prix largement inférieur à la cote de l'artiste, alors que les toiles du peintre allemand peuvent atteindre plusieurs millions d'euros sur le marché de l'art. Les autorités ont alors été alertées par une compagnie d'assurance. Elles ont alors pu découvrir qu'il ne s'agissait que de l'arbre cachant la forêt. Un grand nombre de tableaux de Baselitz avaient auparavant été dérobés par les suspects. Pour le moment, quinze d'entre eux ont été retrouvés.

Les trois hommes mis en cause viennent de l'industrie maritime. Le vol aurait eu lieu entre juin 2015 et mars 2016 dans l'entrepôt de la compagnie de transports pour laquelle l'un d'entre eux travaillait en tant que chauffeur, aux alentours de la ville de Munich. La police bavaroise a pu remonter la piste grâce aux efforts conjoints des polices française et espagnole. L'un des suspects a été arrêté à son retour sur le sol allemand

Le procureur de Munich a déclaré ne pas pouvoir donner plus de précisions concernant les œuvres en elles-mêmes au vu de l'enquête en cours et en raison du vœu de l'artiste qui ne souhaite pas que ces informations soient divulguées. Quatre autres œuvres d'une valeur totale de 130 000 euros restent encore à trouver dans cette affaire.

Légende photo

Georg Baselitz © Photo Erling Mandelmann - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque