Samedi 7 décembre 2019

Energie

Portrait d’objet - La possibilité du Yill

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 19 septembre 2011 - 440 mots

C’est un drôle d’engin, à mi-chemin entre un rouleau à gazon et un enrouleur pour tuyau d’arrosage, et à l’esthétique un brin futuriste : celle d’un XXIe siècle tourné vers le développement durable.

Il s’agit d’une « unité mobile de stockage d’énergie », baptisée Yill. Dessinée par le designer berlinois Werner Aisslinger, elle est fabriquée par la firme allemande Younicos AG. L’objet n’est pas commun. « Dans la plupart des cas, concevoir un produit ne consiste qu’à redessiner des archétypes existants ou réinterpréter un type d’usage spécifique, or les chargeurs d’énergie mobiles sont des espèces encore inconnues dans notre environnement, explique Werner Aisslinger. Créer une typologie de produits entièrement neuve est toujours un rêve et un défi pour un designer. » Point central de sa recherche : la notion de mobilité. Ainsi, la batterie entière se trouve transformée en une roue. Le corps de l’appareil, monolithique, est légèrement concave. Les seuls détails qui apparaissent à sa surface sont l’affichage de la charge utile et la grille d’aération. La fiche pour recharger ainsi que les différentes prises électriques qui fourniront ordinateurs et autres appareils électroniques sont dissimulées par des « capots » pivotants. L’engin dispose, enfin, d’une poignée rétractable afin d’en faciliter la manœuvre. Yill peut stocker un kilowattheure d’énergie et fournir quelque 300 watts d’électricité, suffisamment pour faire fonctionner, un poste de travail pendant deux à trois jours. Une fois vides, les batteries de titane/lithium peuvent être rechargées en se branchant à un poste alimenté grâce à des énergies renouvelables ou à une prise électrique standard.

Red Dot Award 2011
Les auteurs de l’engin le destinent en priorité aux espaces de bureau, avant, en fonction du prix final (1), de l’adapter à un usage domestique. Argument avancé : la réduction des coûts de construction d’un bâtiment. « Dans une construction neuve, cela permet d’éviter de fabriquer des planchers techniques ou des faux plafonds pour y loger un réseau électrique. Dans un bâtiment ancien, Yill permet d’amener l’énergie où l’on en a besoin », affirme Younicos AG. La capacité de stocker et de délivrer de l’énergie dans un bureau entièrement indépendant d’un bâtiment et de son réseau électrique est un concept novateur. Ne reste qu’à créer un emplacement idoine pour… stocker la « bête » !

Cette unité mobile de stockage d’énergie n’est que le premier objet d’une série d’appareils que conçoit Werner Aisslinger et qui prend en compte l’intégration de l’énergie renouvelable dans la vie quotidienne. Yill vient de décrocher un Red Dot Award 2011, plus grande récompense en design outre-Rhin.

Note

(1) Son prix n’est pas encore arrêté, mais avoisinerait les 6 000 euros pièce, tout dépendra du nombre de commandes…

Légende photo

Werner Aisslinger, unité mobile de stockage d’énergie Yill, 2011. © Younicos AG.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°353 du 23 septembre 2011, avec le titre suivant : Portrait d’objet - La possibilité du Yill

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque