Mardi 10 décembre 2019

Justice

Les artistes du mur de Berlin poursuivent la ville en justice

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 5 mai 2011 - 377 mots

BERLIN / ALLEMAGNE

BERLIN (ALLEMAGNE) [05.05.11] – Des artistes ayant œuvré sur une partie du mur de Berlin appelée la East Side Gallery poursuivent en justice la ville de Berlin pour destruction ou copie de leurs œuvres.

La ville de Berlin, qui détient le mur de Berlin et le terrain qui l’entoure, est attaquée en justice par 21 artistes après la rénovation de ce qui est appelée la East Side Gallery. Une centaine d’artistes décorèrent le mur peu avant sa chute et son ouverture en novembre 1989. Certaines œuvres ont été dégradées depuis et la ville a décidé de les restaurer pour les 20 ans de la chute du mur. Il y a deux ans, la ville offrait 3 000 euros à chaque artiste pour recréer leurs œuvres.

Les artistes ont été informés que s’ils refusaient, une société de rénovation urbaine effacerait ou referait leurs œuvres. Mais pour les artistes, l’offre de la ville de 3 000 euros est perçue comme une insulte, surtout depuis qu’ils ont appris que la rénovation avait coûté 2,2 millions d’euros. Ils sont aussi informés que l’artiste Thierry Noir a gagné 250 000 euros après avoir vendu une section du mur à un collectionneur privé.
Un des fondateurs de l’East Side Gallery, Bodo Sperling, dont le travail a été effacé il y a deux ans, demande au moins 25 000 euros de réparation.

Sperling et 18 autres artistes qui ont refusé les 3 000 euros avant de voir leurs œuvres détruites, poursuivent la ville. Ils disent qu’ils seraient heureux de repeindre leurs œuvres pour un prix plus juste. Car depuis deux ans, leurs parties de mur sont restées vierges.

Deux autres artistes ont lancé une plainte pour vol de propriété intellectuelle après que leurs œuvres ont été refaites à l’identique quand ils ont refusé l’offre de la ville. Deux œuvres d’Hans Jürgen ont ainsi été falsifiées contre la volonté du créateur, selon The Guardian.

Mais dans la lettre adressée aux artistes avant la rénovation du site, il était précisé que si les artistes refusaient les 3 000 euros, en plus de la destruction ou de la copie de leurs œuvres, ils ne recevraient aucun centime. La plainte a été déposée le 3 mai et le procès ne devrait pas s’ouvrir avant au moins trois mois.

Légende photo

Sur le mur de l'East Side Gallery, Le Baiser de l'amitié de Dmitri Vrubel, image prise en 2005 - Photo Victorgrigas - Source Wikipedia

Le Baiser de l'amitié de Dmitri Vrubel en 2010 après avoir été repeint - © photo Emeric.tourniaire - Licence CC BY 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque