Dimanche 20 septembre 2020

Art contemporain

Le Mastaba de Christo à Abou Dhabi pourrait voir le jour en 2015

Par Lucile Pages · lejournaldesarts.fr

Le 27 novembre 2012 - 477 mots

AL GHARBIA (ABOU DHABI) [27.11.12] – Après le retard annoncé pour la réalisation de Over the river, le projet Mastaba de l’artiste Christo semble au contraire avancer vers sa réalisation.

Haute de 150 mètres, le Mastaba de Christo sera sans aucun doute l’œuvre la plus impressionnante de l’artiste. 410 000 barils en acier colorés seront empilés formant un mastaba de près de 150 mètres de hauteur (plus haut que la pyramide de Gizeh) en plein désert, sur le site d’Al Gharbia, à 160 kilomètres au sud d’Abou Dhabi.

De plusieurs couleurs, les barils formeront une mosaïque brillante au soleil. Ensemble, ils constitueront l’une des installations les plus monumentales jamais réalisée et la première œuvre permanente des deux artistes. Le coût de la réalisation bat également des records, avec un total de 340 millions de dollars (soit plus de 260 millions d’euros.

L’artiste a dû convaincre la famille royale et travaille désormais en collaboration avec le frère aîné du prince, Sheikh Hamdan bin Zayed al-Nahyanration. Quant au financement du projet, Christo est resté vague, arguant qu’il contribuerait lui-même à hauteur de 10 millions de dollars (7,7 millions d’euros) par la vente de quelques œuvres, selon le Guardian, et comptait sur différents investisseurs. Il ne s’est en revanche pas prononcé sur la contribution financière de la famille royale.

En visite à Abou Dhabi le mois dernier à l’occasion du festival du film de la capitale, Christo aurait annoncé la fin des travaux pour 2015, rapporte The National. Une échéance un peu optimiste si l’on en croit le temps de réalisation annoncé par l’artiste lui-même, entre 30 et 36 mois. Pour l’heure, le temps est encore aux négociations. Mais le projet lui et bel et bien prêt et le site choisi aurait été approuvé par les autorités.

En 1977 Mastaba n’est qu’une succession de croquis. Mais deux ans plus tard, alors que Christo et Jeanne-Claude sont en voyage aux Emirats arabes unis pour la première fois, ils découvrent le site d’Al Gharbia et décide d’y installer l’œuvre. Ils entament alors des simulations sur ordinateur à partir des données recueillies sur place, activité stoppée par la guerre Iran-Irak qui éclate en 1980.

Le projet est repris un an avant le décès de Jeanne-Claude, et les deux artistes font alors appel à de nombreuses universités pour étudier la construction de Mastaba. Avec l’aide d’un cabinet d’ingénierie privé allemand, ils trient parmi les propositions et retiennent finalement l’étude de l’Université d’Hosei à Tokyo, « la plus techniquement innovante ». Les parois de barils seront assemblées au sol, puis hissées jusqu’à leur position finale par dix tours d’élévation au moyen de rails. Cette phase de construction devrait prendre entre trois et quatre jours selon leurs estimations.

Cette année, une étude commandée par Christo aurait estimé l’attraction de l’œuvre à quelques deux millions de visiteurs par année, l’équivalent du public de la Tour Eiffel.

 

En savoir plus sur le projet du Mastaba de Christo

Légende Photo :
Christo dans son atelier devant un dessin préparatoire pour le Mastaba - Photo: Wolfgang Volz / © Christo 2012

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque