Biennale

L’Algérie en berne

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 25 avril 2019 - 78 mots

VENISE / ITALIE

Le pavillon algérien devait ouvrir ses portes pour la première fois. Partie remise, sur fond de prise de décision opaque et de conflit d’intérêts –, le commissaire Hellal Mahmoud Zoubir, ayant choisi de compter sa fille, Amina Zoubir, parmi les cinq artistes invités. Dans un contexte politique par ailleurs ultrasensible, et alors que l’affaire faisait grand bruit sur les réseaux sociaux, le ministère de la Culture algérien a préféré annuler une présence officiellement reportée à l’édition de 2021.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°723 du 1 mai 2019, avec le titre suivant : L’Algérie en berne

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque