Dimanche 8 décembre 2019

Services

Faute d’être payés, les transporteurs du Festival des Arts nègres de Dakar prennent les œuvres en otage

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 17 octobre 2011 - 390 mots

DAKAR (SENEGAL) [17.10.11] – L’édition 2010 du Festival mondial des Arts nègres s’est tenue du 10 au 31 décembre 2010. Faute de paiement, les transporteurs refusent toujours de restituer leurs œuvres aux artistes. Ces derniers, qui les avaient prêtées gratuitement, sont parfois obligés de les racheter.

« Rassembler ce que le monde noir fait de mieux en matière de culture », telle était la devise du Festival mondial des Arts nègres qui s’est tenu du 10 au 31 décembre dernier à Dakar. Si le rassemblement a effectivement eu lieu, la restitution des œuvres est plus complexe. Deux sociétés de transporteurs avaient signé un contrat avec les organisateurs : AGS Bolloré pour l’hémisphère sud et LPArt pour l’Europe et les Etats-Unis. Ces dernières étaient chargées de restituer les œuvres en février 2011 mais les artistes attendent toujours. Les deux sociétés n’ont en effet jamais été payées. La facture s’élèverait à plus de 670 000 euros, une somme que les transporteurs réclament maintenant aux artistes, faute d’avoir reçu une réponse de la part des organisateurs. Les artistes avaient quant à eux prêté leurs travaux gratuitement. Pour les récupérer, les sociétés leur demandent entre 1 000 et 20 000 euros selon le poids des pièces. Exposants et transporteurs s’estiment tous lésés par les organisateurs, parmi lesquels on compte la fille du président Wade. Leurs bureaux sont vides et personne ne répond au téléphone, ils semblent tous avoir disparu.

Deux éditions du Festival mondial des Arts nègres avaient déjà eu lieu. En 1966 d’abord, à l’initiative de Léopold Sédar Senghor, puis en 1977 à Lagos, au Nigeria. Mais jamais cette manifestation ne s’était déroulée dans un tel désordre. Malgré des artistes et un comité consultatif prestigieux, la mauvaise organisation et la piètre gestion du budget pourtant colossal avaient rendu le déroulement du festival pénible pour les exposants. William Wilson, l’un des artistes invités, qui a depuis consenti à régler la note pour récupérer ses œuvres, s’estimait d’ailleurs « soulagé que le festival s’achève ». Mais comme il le précise ensuite, « c’était en fait loin d’être terminé ». Certaines œuvres sont toujours au Sénégal, d’autres sont stockées dans des entrepôts à La Courneuve, d’après la société LPArt. Une pétition lancée par les artistes à l’adresse du président Wade a été déposée mercredi 12 octobre à l’ambassade du Sénégal à Paris.

Source : La Croix.

Légende photo

Affiche de la dernière édition du Festival des Arts nègres qui s'est tenu à Dakar (Sénégal) en décembre 2010.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque