Dimanche 8 décembre 2019

Dans l’intimité de la Biennale de Melle

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 7 septembre 2011 - 112 mots

MELLE - Loin des « grosses machines » que sont les Biennales de Venise ou de Lyon, celle de Melle (Deux-Sèvres) cultive un format intimiste, un peu comme à Sélestat (Bas-Rhin). Elle cultive aussi les thématiques sociales et écologiques sous le sobre intitulé « Habiter la Terre ». Vingt-quatre artistes internationaux (Christian Boltanski, Mona Hatoum, Barthélémy Toguo…) ont disséminé, dans cette petite commune de 4 500 âmes, des installations, photos et vidéos dénonçant les malheurs d’une planète en crise.

Ve Biennale internationale d’art contemporain, « Habiter la Terre : du battement de cœur à l’emportement du monde », divers lieux, 79500 Melle, tél. 05 49 27 00 23, www.biennale-melle.fr. Jusqu’au 18 septembre

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°352 du 9 septembre 2011, avec le titre suivant : Dans l’intimité de la Biennale de Melle

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque