Vendredi 14 décembre 2018

Deux nouveaux commissaires d'exposition pour l'édition 2018 de la Biennale de Melle

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 16 novembre 2017 - 466 mots

MELLE (NOUVELLE-AQUITAINE) [16.11.17] — Alors que la huitième édition de 2017 avait été annulée, la ville recrute un nouveau binôme à la direction artistique de la Biennale internationale d'art contemporain de Melle. La prochaine édition aura lieu en 2018 pilotée par les jeunes commissaires Chloé Hipeau-Disko et Frédéric Legros.

La Biennale internationale d'art contemporain de Melle accueille des artistes aussi célèbres que Ben, Jacques Villeglé, Yan Pei-Ming, Giuseppe Penone, Mona Hatoum ou Claude Lévêque, aux côtés de jeunes artistes plus confidentiels. Depuis sa création en 2003, elle était dirigée jusqu'ici par Dominique Truco, préalablement directrice artistique du Confort Moderne à Poitiers. Lors de l'édition de 2015, intitulée « Jardiniers terrestres, jardiniers célestes », elle avait invité Bill Viola, Oscar Muñoz ou le biologiste et écrivain Gilles Clément.

Chloé Hipeau-Disko et Frédéric Legros qui prennent le relais s'inscriront dans cette même volonté d'inviter de jeunes artistes aux côtés de figures majeures de la création contemporaine, françaises ou internationales. Bien que le nom des artistes n'ait pas encore été dévoilé, le duo promet une grande diversité et un respect de la parité. Il poursuivra également le choix de mélanger œuvres in situ et œuvres en extérieur en poursuivant la collaboration avec les commerçants de la ville et en valorisant des lieux comme l'Hôtel de Ménoc, l'église Saint-Savinien ou l'église Saint-Pierre. Au vu des lieux d'exposition, la préférence sera accordée aux créations en 3D, sculptures et installations.

La huitième édition qui se tiendra du 30 juin au 23 septembre 2018 s'intitulera « Le Grand Monnayage. » Le thème retenu est lié à l'histoire de la ville de Melle et ses mines d'argent. De 768 à 1189, l'activité de monneyage de la ville revêtait une grande importance. L'atelier monétaire mellois faisait partie des dix ateliers autorisés par l'édit de Charles le Chauve. Seul atelier légal de la Grande Aquitaine, il se distinguait par la frappe de la monnaie royale (l'obole et le denier).

Chloé Hipeau-Disko, une enfant du pays, native des Deux-Sèvres, actuellement responsable de la communication et de l'Institut de Création de l'université Paris-Seine, ayant auparavant participé au commissariat de la Biennale de Belleville et Frédéric Legros, commissaire à la Monnaie de Paris jusqu'en janvier dernier, ont donc choisi de s'inspirer de l'histoire de la ville. La proposition du binôme récemment recruté par la municipalité de Melle s'articule autour du champ symbolique de l'argent en tant que monnaie mais aussi en tant que minerai. Elle se pense à partir de trois axes : la monnaie d'échange, les pierres, -précieuses ou non-, et la ville comme lieu d'échange et de rencontres. Pour Yves Debien, maire de la ville, qui souligne avoir « reçu beaucoup de candidatures », prouvant « combien [la] biennale est reconnue, c'est la double candidature et le thème qui nous ont fait choisir Chloé et Frédéric. » 

Légendes photos

Chloé Hipeau-Disko et Frédéric Legros, les 2 commissaires de la Biennale de Melle 2018 - Crédit photo STUDIOPIC360°

Mines d’argent de Melle - Photo Jean Philippe Marnais | courtesy Biennale de Melle

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque