Samedi 7 décembre 2019

Coup d’envoi de la première Berlin Art Week

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 12 septembre 2012 - 646 mots

BERLIN (ALLEMAGNE) [12.09.12] – La première Berlin Art Week se tient du 11 au 16 septembre 2012. Onze partenaires publics et privés se sont associés pour cet événement qui vise au retour des collectionneurs internationaux, qui avaient déserté Berlin l’année dernière suite à l’annulation d’Art Forum.

La première Berlin Art Week a débuté mardi 11 septembre, curieusement sans aucun événement officiel. Ce sont donc les galeries privées qui ont pris le relais, profitant du buzz créé par l’événement. Alors que la grande rentrée des galeries berlinoises avait déjà commencé ce week-end, certaines galeries ont choisi d’organiser leur vernissage le premier jour de la Berlin Art Week, à l’instar de la galerie Mehdi Chouakri qui expose l’artiste suisse Sylvie Fleury. La galerie Esther Schipper se paie le luxe de deux vernissages dans la semaine : après avoir présenté vendredi dernier Thomas Demand en parallèle avec la galerie Sprüth Magers, la galerie organisait une fête à l’occasion de la sortie du vinyle Short Big Drama de George van Dam. Un polygraphe assorti d’un marqueur jaune, créé par Angela Bulloch, répondait aux vibrations de la musique.

Du côté du programme officiel, onze partenaires privés et publics se sont associés à l’occasion de la Berlin Art Week. Pour la première fois, un billet d’entrée unique, au prix de 28 euros, permet l’accès à l’ensemble des partenaires pour une durée de six jours.

La Berlin Art Week est un concept marketing du gouvernement régional de Berlin visant à faire revenir les collectionneurs, et notamment les collectionneurs internationaux qui avaient déserté Berlin l’année dernière à l’annonce de l’annulation de la foire principale Art Forum. Les cyniques y voient également un lot de consolation de la part du maire de Berlin Klaus Wowereit, qui n’était pas parvenu à réunir les fonds nécessaires à la réalisation de la Kunsthalle qu’il avait promise.

Alors que le projet a été lancé à la hâte fin mai dernier, les institutions publiques n’ont pas eu le temps d’adapter leur offre et prolongent simplement les expositions d’été. On peut ainsi voir le studio renversé de Paul McCarthy à la Neue Nationalgalerie, l’univers étrange des poupées de Morton Bartlett à la Hamburger Bahnhof dans le cadre du programme Secret Universe qui vise à faire découvrir des artistes méconnus, ou bien encore l’esthétique de la résistance de l’artiste chilien Alfredo Jaar au musée Berlinische Galerie.

En ce qui concerne les acteurs privés, la foire ABC, qui de foire satellite est devenue le principal événement de cet automne de l’art, ouvrira ses portes aux professionnels demain et au grand public vendredi. Mais dès mmercredi soir, une poignée de VIP pourra visiter la foire toujours en cours d’installation.

Tout aussi exclusive sera la soirée organisée par le sponsor BMW, au cours de laquelle la shortlist du prix 2013 de la Nationalgalerie pour les jeunes artistes, autre temps fort de la Berliner Art Week, sera dévoilée. Le titulaire 2011 du prix, le français Cyprien Gaillard, qui avait réussi le double exploit de recevoir également le prix du public, une première, présentera une performance sur une des innombrables façades en chantier de Berlin, ville en perpétuelle construction, à l’occasion d’une exposition organisée au Pavillon Schinkel.

Alors que le Gallery Week-end du printemps est une initiative privée qui réunit une cinquantaine de galeries, la Berlin Art Week est une initiative financée par des fonds publics, et qui doit profiter aux acteurs publics comme aux acteurs privés. Les galeries berlinoises avaient particulièrement souffert de l’annulation d’Art Forum. Près de la moitié d’entre elles avaient déclaré avoir subi une perte de leur chiffre d’affaire, dans un sondage rendu public en février dernier. Ces sont les galeries de taille plus modeste qui avaient été le plus touchées, alors que les grandes galeries réalisent jusqu’à 80 % de leur chiffre d’affaire lors des grandes foires internationales. Reste à voir si les collectionneurs seront au rendez-vous de cette première Berlin Art Week.

Légende photo

Conférence de presse de la Berlin Art Week, 30 Mai 2012 : Christian Boros, Moritz van Dülmen, Marius Babias, Christina Weiss, Silke Neumann, Kristian Jarmuschek, Sybille von Obernitz, Karin Rebbert, Thomas Köhler, André Schmitz, Udo Kittelmann, Gabriele Horn, Alexander Schröder - Photos Jens Jeske/ Berlin Art Week 2012

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque