Christine Macel revient dans la Power List 100, à la 17e place

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 21 octobre 2016 - 504 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

LONDRES (ROYAUME-UNI) [21.10.16] – La commissaire de la Biennale de Venise 2017 est l’une des rares Françaises à figurer dans la liste des 100 personnes les plus influentes dans le monde de l’art, publiée par Art Review. Elle est classée en 17e position tandis qu’Hans Ulrich Obrist, Adam Szymczuyk et Hauser & Wirth figurent dans le top 3.

Christine Macel
Christine Macel
© Photo J.-C. Planchet
Courtesy MNAM / Centre Pompidou

Grâce à la Biennale de Venise, Christine Macel fait à nouveau son apparition dans la Power List 100. Classée 60e en 2006, celle qui a été choisie pour assurer le commissariat de la 57e édition de la manifestation réapparaît 10 ans après en 17e position du classement réalisé depuis 14 années par le magazine Art Review. « Un directeur de la biennale de Venise exclu de cette liste l’année précédent l’évènement doit avoir fait quelque chose de vraiment mauvais » taquine Art Review. Mais « inutile de le dire, Christine Macel – la quatrième femme à diriger la manifestation [conservatrice au Musée national d’art moderne depuis 2000] – ne fait pas partie de ceux-là » commente le média fondé en 1949. Un petit pied de nez à Bernard Blistène et Serge Lasvignes, respectivement directeur et président du Centre Pompidou, qui suivent en 18e position, 3 rangs en dessous par rapport à l’an passé.

Autre Français en progression, l’artiste Pierre Huyghe, représenté par la galerie Chantal Crousel et lauréat de la 2e édition du Prix Nasher : classé 45e en 2013, il est passé en 24e position en 2016. La dynamique inverse est à l’oeuvre en revanche pour les hommes d’affaires et collectionneurs François Pinault et Bernard Arnault. Malgré l’accord passé en avril dernier pour installer sa collection à la Bourse du Commerce pour fin 2018, François Pinault passe de la 33e à la 35e position, bien loin de la 1ère position qu’il occupait en 2006 et 2007. Le patron de LVMH est pour sa part relayé à la 41e place (contre la 38e en 2015). Parmi les galeristes français figurent Emmanuel Perrotin, entré dans la Power List en 2008 (64e) et aujourd’hui en 44e position ; l’Autrichien Thaddaeus Ropac (69e position contre 84e l’an passé) bien installé à Paris et Pantin ; et Almine Rech, fille du couturier Georges Rech, qui fait son entrée (90e).

Le trio de tête est composé de Hans Ulrich Obrist (1er), directeur artistique de la Serpentine Galleries à Londres, d’Adam Szymczuyk (2e), directeur de la Documenta 14, et le couple Iwan & Manuela Wirth (3e), propriétaire de la galerie Hauser & Wirth. Si le 1er et le 3e sont systématiquement dans le top 10 depuis plusieurs années, le Polonais Adam Szymczuyk a connu une ascension fulgurante en quelques années, passant de la 92e place en 2007 à la 2e en 2016. David Zwirner, jamais loin de la première place, figure cette année en 4e position. L’artiste belge Luc Tuymans qu’il représente progresse à la 60e place.

Il convient cependant de relativiser ce classement qui repose sur des appréciations hautement subjectives énoncées par un petit groupe de personnes au tropisme très anglo-saxon.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque