Dimanche 23 février 2020

Ecole d'art

Plusieurs écoles d’art ajustent leur concours d’entrée

Par David Robert (Correspondant à Rio de Janeiro) · lejournaldesarts.fr

Le 28 décembre 2015 - 634 mots

PARIS [28.12.15] – Pour les écoles supérieures d’art, la nouvelle année annonce l’ouverture des inscriptions aux concours. Si les modalités diffèrent encore d’une école à l’autre, les formules ont tendance à s’uniformiser. De son côté, l’ENSAD simplifie l’organisation des épreuves.

Bonne nouvelle pour les candidats non parisiens à l’admission en première année de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (ENSAD) : les modalités du concours ont changé. Le calendrier d’admission tend à rejoindre celui de la quarantaine d’écoles d’art dépendant du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC), et les candidats n’auront plus à venir à Paris plusieurs fois. La première épreuve de création sera dorénavant réalisée à domicile, en 4 jours maximum, et envoyée par la poste.

La présence des candidats n’est plus requise que pour l’admission : pour les 360 admissibles (sélectionnés sur les 2 300 candidats initiaux), les épreuves écrites et l’oral se dérouleront sur cinq jours maximum, contre 12 jours à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Pour l’ENSAD, ce changement illustre une plus grande volonté d’ouverture aux régions et à l’étranger, qui se traduit également par la possibilité de rendre sa copie en anglais pour la note d’intention (admissibilité) et pour le commentaire d’image sur table (admission), qui remplace la traditionnelle épreuve de science humaine sur un des trois ouvrages au programme. Le grand oral d’admission reste en français. L’ENSAD figure parmi les rares écoles à procéder à une sélection en deux étapes, quand la majorité des écoles supérieures et nationales concentrent les concours sur une seule phase de quelques jours.

Ailleurs, moins de changements

Dans les autres écoles délivrant les diplômes nationaux supérieurs d’expression plastique (DNSEP) et avec lui le grade de master, peu de changements notables impacteront les admissions 2016 en première année.

Certaines écoles nationales (Bourges, Cergy cette année, mais pas encore Nancy) intègrent peu à peu la plateforme « Admission post-bac » (APB). Ce portail commun à toutes les formations post-baccalauréat offre aux bacheliers de l’année une pré-inscription simplifiée.

Du côté des épreuves, les disciplines évoluent plus ou moins vite selon les écoles. Chez les plus avant-gardistes, l’épreuve plastique sur table du concours d’entrée en première année laisse le choix entre plusieurs médiums. C’est le cas à Annecy, où les candidats choisissent entre une discipline issue des beaux-arts (dessin, peinture, collage, maquette) et une autre, plus technologique, donnant par exemple la possibilité de faire un film sur son téléphone portable, commenté par la suite en entretien.

Certaines écoles étoffent les cursus post-bac, avec la création récente de plusieurs classes préparatoires. Ainsi l’école supérieure d’art de l’agglomération d’Annecy (ESAAA) a-t-elle ouvert en septembre 2015 un autre concours pour l’entrée dans une classe prépa pouvant accueillir une quinzaine de bacheliers. Elle offre une année de perfectionnement avant les concours d’écoles d’art et de design de France et d’Europe. Conçue comme une orientation et une transition avec un enseignement supérieur de la filière plastique, cette prépa est potentiellement « intégrée », puisqu’elle permet aussi de rentrer dans la foulée en première année de l’ESAAA, sous réserve de succès au contrôle continu.

A Chalon-sur-Saône, une classe comparable devrait également ouvrir en septembre 2016. Pour Dominique Pasqualini, directeur de l’Ecole, cette prépa intégrée jouera « un rôle de transition, d'année de rattrapage ou d'année d'orientation : ce n'est pas parce qu'on a un bon coup de crayon qu'on est prêt à devenir créateur ». Pour le directeur, la nécessité d’une telle classe incombe « sans doute au décalage de plus en plus grand entre un enseignement secondaire où l'art et la culture sont toujours aussi absents, et le cursus d'écoles supérieures où les diplômes ont pris trop d'importance ».

Les étudiants ont environ deux mois pour envoyer leurs dossiers dans les écoles de leur choix. Dans le cadre du portail APB ou à titre individuel, la plupart des inscriptions devront être envoyées avant mars, certaines dès la mi-février.

Légende photo

L'École nationale supérieures des arts décoratifs, rue d'Ulm © Photo LPLT - 2009 - Licence CC BY-SA 3.0

Thématiques

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque