Vendredi 6 décembre 2019

Ai Weiwei reçoit le soutien financier de près de 20 000 Chinois pour payer son amende

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 novembre 2011 - 350 mots

PEKIN (CHINE) [08.11.11] - Près de 20 000 citoyens chinois se sont mobilisés pour aider l’artiste contestataire Ai Weiwei, contraint de payer une forte amende pour « évasion fiscale ». Sur les 1,7 million d’euros demandés par le fisc chinois, Ai Weiwei a déjà reçu 607 500 euros en 6 jours. L’argent provient d’artistes chinois, de militants ou de simples citoyens qui considèrent le don comme un acte politique. Les autorités chinoises menacent d’attaquer l’artiste pour « collecte de fonds illégale ».

Le 1er novembre 2011, l’artiste dissident Ai Weiwei, poursuivi par les autorités pour « évasion fiscale » a reçu l’ordre de payer, sous 15 jours, 1,7 million d’euros. 6 jours après cette annonce, 18 829 personnes se sont déjà mobilisées pour l’aider à payer l’amende. Ai Weiwei a reçu par le biais de différents canaux (mandats postaux, virements bancaires ou billets déposés dans son jardin), la somme de 5,29 millions de yuans (soit 607 500 euros). La mère de l’artiste a également proposé de vendre la maison de son mari défunt pour réunir les fonds manquants.

Ai Weiwei nie toute fraude fiscale et assure que les autorités chinoises tentent, une nouvelle fois, de le réduire au silence. Il a promis de dresser une liste de tous les dons qui lui sont adressés pour pouvoir les rembourser. Parmi les donateurs, on trouve des artistes comme le chanteur Zuoxiao Zuzhou, un autre militant des droits de l’homme qui vient de sortir de prison, Hu Jia, mais surtout de jeunes citoyens chinois qui considèrent leur acte comme un vote contre le gouvernement. Surpris par cette mobilisation, Ai Weiwei a déclaré sur son compte Weibo (l’équivalent chinois de Twitter) : « Le sens du mot peuple est devenu évident(…) Ce qui compte ce n’est pas le montant de chaque don mais le nombre de personnes impliquées ».

Ai Weiwei devrait pouvoir régler la somme demandée mais une autre menace pèse sur lui. Le journal officiel chinois Global Times a annoncé dans son éditorial du 6 novembre 2011, qu’il pourrait être accusé de « collecter des fonds illégalement ». L’article soutient que l’artiste n’a pas besoin de cet argent puisqu’il possède de nombreux biens immobiliers dont un appartement luxueux à Berlin.

Légende photo

Appel à la libération de l'artiste chinois Ai Weiwei sur le toit de la Kunsthaus Bregenz (Autriche), à l'occasion d'une exposition de l'artiste - © photo Plani - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque