Vendredi 28 février 2020

Affaire Beltracchi : classement de la procédure à l’encontre du directeur du musée d’Art d’Ahlen

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 10 avril 2014 - 339 mots

BERLIN (ALLEMAGNE) [10.04.14] - L’accord conclu entre Burkhard Leismann, directeur du musée d’Art d’Ahlen et la fondation Theodor F. Leifeld a conduit au classement de la procédure par le tribunal de Cologne.

Le faussaire d’art Wolfgang Beltracchi est revenu sur le devant de la scène allemande ces derniers mois, avec la publication de son autobiographie, et la sortie sur les grands écrans d’un documentaire qui lui est consacré. L’affaire avait éclaboussé le monde de l’art, notamment l’expert Werner Spies, condamné en France en juin 2013, ainsi que le directeur du musée d’Art d’Ahlen, Burkhard Leismann. Une procédure avait été ouverte à l’encontre de ce dernier en février 2013, pour avoir facilité la vente d’un faux Fernand Léger peint par Beltracchi. La vente avait finalement échoué, l’œuvre avait été saisie au musée d’Ahlen en août 2010 et le couple de faussaires avait été arrêté deux jours plus tard.

Le Musée d’art d’Ahlen, Burkhard Leismann et le plaignant, la fondation Theodor F. Leifeld, ont annoncé dans un communiqué de presse conjoint le 9 avril 2014 que le tribunal de Cologne avait classé la procédure, suite à un accord conclu entre les parties. Burkhard Leismann versera la somme de 7500 euros à la fondation. Cet accord stipule toutefois que le versement ne correspond en aucun cas à un aveu de culpabilité – même partielle - de la part du directeur du musée d’Art d’Ahlen. Le musée lui a par ailleurs renouvelé sa confiance puisqu’il conserve son poste de directeur.

Le procès Beltracchi en 2011 avait été écourté, également suite à un accord, condamnant le couple de faussaires à des peines de prison ferme jugées relativement clémentes. Le monde de l’art avait ainsi évité une confrontation pénible sur la place publique sur ce sujet très embarrassant. De nombreuses questions sur l’affaire restent toujours en suspens. Beltracchi est actuellement en semi-liberté, travaillant le jour dans son atelier, et dormant le soir en prison. Il pourrait sortir de prison dès début 2015, après avoir purgé les deux-tiers de sa peine de six ans de prison.

Légende photo

Musée d'art d'Ahlen, Allemagne - © Photo Lebenslaufchronist - 2013 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque