Mercredi 14 novembre 2018

Une Semaine graphique à Paris

Gestion et conservation à l’honneur

Le Journal des Arts

Le 21 mars 2003 - 688 mots

Parallèlement au Salon du dessin, manifestations et expositions fleurissent dans les galeries et les musées de la capitale. Ces derniers organisent notamment, du 24 au 31 mars, de nombreuses visites-conférences autour du thème “Gestion et conservation des dessins”?. Une occasion unique de pénétrer dans les cabinets d’arts graphiques, généralement réservés aux chercheurs, ou dans les ateliers de restauration de grandes institutions muséales, de la Bibliothèque nationale de France à Paris au Musée Condé à Chantilly.

Le Musée Condé dévoile ses secrets en restauration
Dans le cadre de la Semaine du dessin, le Musée Condé à Chantilly présente au public son atelier de restauration en arts graphiques (inscriptions au 01 45 22 61 05). Sous la conduite du conservateur Nicole Garnier-Pelle, les visiteurs pourront découvrir certains des célèbres “Clouet de Chantilly” – ces portraits aux trois crayons commandités par Catherine de Médicis à Jean et François Clouet, Germain Le Mannier ou Bouteloup, et représentant les grands du royaume – en cours de traitement, et se familiariser avec les différentes étapes de leur restauration : dépoussiérage, démontage, nettoyage, comblement des lacunes, remontage sur carton à pH neutre. Une conférence sur ce thème se tiendra par ailleurs au Salon du dessin le mercredi 26 mars à 18 h 30 (entrée libre dans la limite des places disponibles).
Constitué de plus de 365 dessins, le fonds des “Clouet de Chantilly” fait depuis peu l’objet d’une vaste campagne de restauration. Cent quatre-vingt-six dessins, auxquels viendront bientôt s’ajouter trois feuilles dont la restauration est financée par la Société du dessin (les portraits d’Aimeri de Saint-Séverin, d’Odet de Coligny et d’Anne de Montmorency), ont à ce jour été libérés de leurs taches brunes ou rousses.

Les belles feuilles du Rijkmuseum d’Amsterdam à Paris
Après avoir ravi les amateurs de dessins flamands et hollandais en exposant les œuvres phares de la donation Abrams, la Fondation Custodia/Institut néerlandais, à Paris, met en lumière les plus belles feuilles françaises du Rijkmuseum d’Amsterdam (“De Watteau à Ingres”, jusqu’au 18 mai, tél. 01 47 05 75 19). Datant des XVIIIe et XIXe siècles, elles sont issues dans leur majorité de la collection du banquier allemand Fritz Mannheimer. Œuvre de Watteau, Boucher, Greuze, Fragonard et Ingres, ces dessins côtoient des feuilles d’Oudry, Parrocel, Natoire, Hubert Robert ou Girodet, qui vinrent par la suite enrichir la section française du Rijkmuseum.

L’Énsb-a fait son show
Avec une collection riche de plus de 300 000 œuvres, l’Énsb-a (École nationale supérieure des beaux-arts), à Paris, propose diverses manifestations au cours de cette Semaine du dessin. Citons en particulier la présentation, par les restaurateurs qui lui sont rattachés, de diverses opérations de restauration menées dernièrement sur des dessins de Boucher, Watteau ou François Lemoine (inscriptions au 01 45 22 61 05) en vue de la prochaine exposition de l’école, “François Boucher et l’art rococo”. Parallèlement, la chapelle des Petits-Augustins accueille un choix effectué par le sculpteur français Alain Kirili de dessins de David Smith (jusqu’au 27 avril, tél. 01 47 03 50 00). Cette exposition permet de découvrir la production graphique de cet artiste américain (1906-1965) proche des expressionnistes abstraits et avant tout connu pour ses sculptures.

De nombreux musées partenaires...

La gestion et la conservation des dessins est à l’honneur dans plusieurs institutions parisiennes : le Musée Cognacq-Jay présente ses collections de dessins et de miniatures, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris dévoile ses dessins “cachés”?, tandis que la Maison de Victor-Hugo met l’accent sur certaines œuvres de son fonds, riche aujourd’hui de quelque sept cents dessins. Encore, le Musée Bourdelle révèle différents dessins du sculpteur, le Musée Jacquemart-André expose “Le mémorial Chennevières dans la chambre d’Édouard André, un curieux ensemble de dessins français du XVIIIe siècle”?, le Musée de la marine met en lumière les décors de vaisseaux royaux, signés Jean Berain (1640-1711), et enfin, le Musée Carnavalet organise des visites de son atelier de restauration en arts graphiques. Autre atelier à découvrir, celui du cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale de France (BNF), qui propose une sélection de recueils de dessins des XVIe et XVIIe siècles. Pour l’ensemble de ces visites-conférences, la réservation est obligatoire (tél. 01 45 22 61 05).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°167 du 21 mars 2003, avec le titre suivant : Une Semaine graphique à Paris

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque