Dimanche 8 décembre 2019

Livre

Une fable sur Vincent et Théo van Gogh

Par Jean-Christophe Castelain · Le Journal des Arts

Le 14 mars 2018 - 166 mots

Essai.« Comment les frères Van Gogh ont fait mieux que Warren Buffet », annonce fièrement le titre du livre en couverture.

La déception est à la mesure de la promesse. En résumé, l’auteur, pourtant directeur scientifique de l’Institut Van-Gogh, soutient que Vincent, loin d’être une victime de la société comme on le présente trop souvent, a au contraire développé en stratège avec son frère Theo une véritable entreprise autour de sa production picturale. La preuve ? la valeur de ses toiles aujourd’hui. Une démonstration totalement absurde, avançant que Van Gogh utilisait la peinture en couche épaisse afin « de faire briller ses couleurs plus longtemps que celles de ses contemporains ». Une argumentation minimale noyée dans des considérations ouvertement réactionnaires à l’égard de l’art actuel, des universités… Le tout rédigé dans un français plus qu’approximatif. « Dans le présent ouvrage […] tout est faux et inventé »,écrit-il page 147. On aimerait le croire.
 

Le Capital de Van Gogh, Wouter van der Veen,
éd. Actes Sud, Arles, 166 p. 18 €.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°497 du 16 mars 2018, avec le titre suivant : Une fable sur Vincent et Théo van Gogh

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque