Samedi 15 décembre 2018

Un lifting pour la doyenne

Art Cologne évolue pour conserver la première place

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 24 octobre 1997 - 341 mots

Créée en 1967, « Art Cologne » est la plus ancienne des foires internationales d’art du XXe siècle. Cette manifestation, qui a très largement contribué à la réputation de la ville dans le monde de l’art, a également permis aux galeries locales d’acquérir une renommée au-delà de Cologne.

Les organisateurs d’Art Cologne, sous la houlette du marchand Karsten Greve, définissent la foire comme "une manifestation axée sur l’information, ainsi qu’un lieu de vente". Son succès commercial est renforcé par la présence massive chaque année de banques, de compagnies d’assurance, de collectionneurs privés et de commissions publiques d’achats. La trente et unième édition d’Art Cologne se déroulera sur huit jours, juste après "Art Forum Berlin". Seules quelques galeries, comme Pels Leusden de Berlin, seront présentes aux deux foires. La taille, toujours plus importante, d’Art Cologne ayant fait l’objet de critiques – 349 exposants en 1995 –, les organisateurs ont pris des mesures pour réduire sensiblement le nombre des participants. Cette année, 230 galeries de dix-neuf pays prendront part à la foire. Le pays étranger le plus représenté sera l’Italie, avec treize exposants, alors que la France et la Suisse présenteront respectivement dix galeries. En 1992, plusieurs jeunes marchands de Cologne s’étaient réunis sous la direction de Christian Nagel pour lancer "Unfair", en réaction à ce qu’ils estimaient être une manifestation officielle hyper-commerciale, et l’année suivante, quarante-deux jeunes galeries y participaient. Cette "foire off" contrebalançait énergiquement le pouvoir d’Art Cologne, mais elle n’a pu continuer son activité, faute de moyens. L’appellation "Unfair" a été rachetée par Art Cologne qui, depuis 1994, propose des stands à prix réduit aux jeunes artistes. Cette année, avec l’aide de l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, de la Ville de Cologne et de l’Asso­ciation fédérale des galeries allemandes, Art Cologne en a sélectionné vingt-quatre qui pré­sen­teront des one-man shows. L’accent a été mis sur les installations, notamment celles de Sung Ahn (galerie Bhak, Séoul), d’Antoine Prum (galerie Beaumont, Luxembourg) et de Peter Skovgaard (galerie Asbaek, Copenhague).

ART COLOGNE 97, 9-16 novembre, Messegelände Köln-Deutz. Renseigne­ments : tél. 49 49 221 82 10.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°46 du 24 octobre 1997, avec le titre suivant : Un lifting pour la doyenne

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque