Vendredi 23 février 2018

Robert Combas, l’invité d’Aix-en-Provence

L'ŒIL

Le 19 novembre 2007

La Ville d’Aix-en-Provence et la Communauté du Pays d’Aix ont confié un projet novateur et ambitieux au centre européen de création et de développement culturel (CECDC), nouvelle structure tournée vers la création contemporaine sous toutes ses formes : celui de coordonner toute une saison culturelle autour d’un artiste invité en résidence pendant un an. Robert Combas a été choisi pour relever le défi de cette première édition. Autour de lui, le CECDC organise, sous la houlette de Renée-Christine Picabia, les partenariats et les relations avec les différentes institutions de la Ville et de la Région, les manifestations et les rencontres entre le public et l’artiste. Cet été, pas moins de huit expositions, en autant de lieux, ont permis de découvrir ses premiers travaux, des créations spécifiques liées à la ville, à son histoire, ses légendes, ou à ce que l’artiste peut y ressentir. Né en 1957 à Lyon, Combas est l’un des fondateurs du mouvement de la Figuration libre, au début des années 1980, aux côtés de Rémi Blanchard, François Boisrond et Hervé Di Rosa. Sa peinture est tournée vers le social, la violence, la sexualité..., très ancrée dans une culture populaire, celle du rock, de la bande dessinée ou des livres scolaires. Avec une énergie et des couleurs explosives. Pour lui, « tout est déclencheur d’imaginaire », c’est pourquoi il s’est montré si enthousiaste à s’investir dans ce projet. Réagir vite, Combas sait le faire, lui qui ne réalise jamais d’études préparatoires à ses œuvres, davantage guidé par l’envie et l’instinct. Chaque lieu lui a inspiré un travail particulier. Pour la bibliothèque Méjanes, Combas a produit sept grandes toiles carrées, autour des mots, de la calligraphie ; pour l’hôtel de Ville, deux panneaux monumentaux inspirés des écrits du roi René et des tournois ; à l’école supérieure d’art, des œuvres étonnantes mêlant photographie, dessin, peinture, verre brisé..., des écritures quelque peu rageuses qui couvrent les murs et des petites sculptures en porcelaine aux légendes satiriques. L’espace Sextius a accueilli sur ses murs huit grands tableaux d’inspiration moyenâgeuse ; à l’abbaye cistercienne de Silvacane, l’artiste a conçu deux installations sur le thème de la croix, discrètes et respectueuses de ce lieu de méditation. Combas a aussi rendu un double hommage à Cézanne, dans l’atelier du maître et au moulin de la Recense, à Ventabren.
Le travail de Robert Combas répond pleinement à l’un des principaux objectifs du CECDC qui est de rendre l’art contemporain accessible à tous, de montrer qu’il ne s’adresse pas à une élite, en commençant par familiariser les Aixois et les impliquer le plus possible, comme cela a été le cas pour la réalisation des cartels, le montage des expositions ou l’accueil. Expérience enrichissante.
La meilleure illustration de cette rencontre entre l’art et le public est sans doute le travail que Combas a réalisé à l’hôpital psychiatrique Montperrin. Parti d’une toile blanche, il a créé, l’espace de deux rendez-vous, une œuvre en direct devant les malades, le personnel et le public. Si certaines des expositions ont fermé leurs portes cet été, le programme de la « saison Combas » est encore chargé jusqu’en avril 2004 : dès la rentrée, un travail de sensibilisation et de création sera engagé dans les écoles et collèges, les élèves produiront des dessins sur des thèmes précis – la montagne Sainte-Victoire, la Figuration libre... – qui seront ensuite intégrés à une nouvelle œuvre spécifique de Robert Combas. Il y aura aussi des rencontres et des débats, notamment avec les étudiants. Sans oublier la commande publique, avec une sculpture sonore que l’artiste va mettre en œuvre, à partir d’octobre, en collaboration avec le collectif de musiques électroniques Biomix. Une saison commencée avec dynamisme qui promet encore de belles surprises.

CECDC – centre européen de création et de développement culturel, 1 place Victor Schoelcher, Aix-en-Provence(13), tél. 04 42 20 96 00, www.cecdc.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°550 du 1 septembre 2003, avec le titre suivant : Robert Combas, l’invité d’Aix-en-Provence

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque