Samedi 7 décembre 2019

Ces obscurs objets du design

Repas léger

Par Christian Simenc · Le Journal des Arts

Le 31 août 2001 - 514 mots

On s’affranchit sans peine, en été, du lourd cérémonial de la table hyperdressée pour goûter à la « dînette » légère façon pique-nique. Roger Tallon aussi. À soixante-douze ans, le designer-vétéran, père notamment d’une machine à écrire pour Japy, d’un téléviseur portable pour Téléavia et de la montre Chronographe X de Lip, vient de dessiner un service de vaisselle de vacances en céramique, baptisé Picnic.

Constitué de cinq terrines et de cinq assiettes/couvercles combinables, ce projet a été réalisé dans les ateliers de Vallauris, où depuis 1998, se sont succédé nombre de créateurs contemporains : Martin Szekely, Olivier Gagnère, François Bauchet, Ronan Bouroullec, Jasper Morrison, Pierre Charpin... Or, si ses prédécesseurs semblaient plutôt tentés par la création du “bel objet”, Roger Tallon a, lui, mis un point d’honneur à concevoir une céramique “utilitaire”. Pis, le designer industriel, lucide, n’a pas hésité à s’effacer devant l’artisan, en l’occurrence ici le maître-céramiste Salvatore Oliveri : “Je pense que la modernité du ‘tracé cru’ ne doit pas dénaturer l’altérité formelle de ‘l’objet cuit’”, estime Tallon. L’homme de la très grande vitesse – le train Corail, le TGV Atlantique, le TGV Duplex ou l’Eurostar : c’est lui ! – a cette fois choisi de flirter avec la lenteur, celle du séchage et de la cuisson de la terre. Résultat, à la sortie du four : un service simple, empilable et combinable à l’envi. Qui n’a jamais utilisé une assiette ou un plat en guise de couvercle ? Tallon, lui, a fait de cet usage un principe. En tenant compte des divers aléas propres à la poterie, comme, par exemple, la réduction des dimensions pendant la cuisson, il a mis au point un habile système d’emboîtage : il y a les pièces destinées à contenir et celles destinées à fermer. Toutes peuvent se retourner, se substituer les unes aux autres tout en continuant à s’adapter parfaitement. Picnic colle assurément à nos modes de vie actuels : les terrines servent invariablement à la préparation, à la conservation et la présentation des mets. Passer les aliments directement du Frigidaire – une marque de la firme américaine General Motors pour laquelle d’ailleurs Tallon a supervisé le design, entre 1957 et 1964 – au four puis sur la table sans changer de contenant : le rêve ! Et qui fait la vaisselle ?

- Exposition “Roger Tallon�?, jusqu’au 1er octobre, avec également une présentation des créations des Radi Designers. Musée de la céramique, place de la Libération, 06220 Vallauris, tél. 04 93 64 16 05, tlj sauf mardi, de 10h à 12h et de 14h à 18h.
- Catalogue Roger Tallon à Vallauris, éditions Grégoire Gardette, 50 F.
- Le service en céramique Picnic, composé de 10 éléments, ronds ou ovales, est flexible : on peut ainsi indifféremment choisir la couleur de chaque pièce. Leur prix varie de 55 F à 260 F. Picnic est en vente début septembre à l’atelier Céramique Oliveri, à Vallauris, fin septembre chez Voyage intérieur à Nice (tél. 04 92 14 44 88), et en octobre à la galerie Sentou, à Paris (tél. 01 42 78 50 60).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°131 du 31 août 2001, avec le titre suivant : Repas léger

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque