Mercredi 12 décembre 2018

commissaires-priseurs

Piasa, quatre à la une

L'ŒIL

Le 1 novembre 2000 - 178 mots

On a comparé Piasa aux trois mousquetaires puisqu’ils sont quatre (Lucien Solanet, Pierre Audap, Jean-Louis Picard et Alexis Velliet). Tous les quatre sont en première page car leur étude, une société en participation au chiffre d’affaire de 270 MF en 1999, se tranformera en société commerciale rachetée par Artémis dès janvier 2001 lorsque la réforme des commissaires-priseurs sera appliquée. Ainsi François Pinault rapproche-t-il Christie’s (« la grande cousine ») et Piasa, la deuxième étude de France qui talonne, voire devance suivant les chiffres, l’étude Tajan. Me Picard assure que Piasa gardera son caractère généraliste et son approche « à la française ». En ce moment, elle s’agrandit d’un étage supplémentaire rue Drouot et accroit son maillage en province par des échanges importants avec les commissaires-priseurs de Dijon et Toulouse. Piasa a un automne chargé avec plus de 30 ventes dont une vente de livres et estampes le 7 novembre, celle de la bibliothèque Schoeller les 18-19 novembre, et la 22e vente Petiet le 7 décembre.

Étude Piasa, 5, rue Drouot, 75009 Paris, tél. 01 53 34 10 10.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°521 du 1 novembre 2000, avec le titre suivant : Piasa, quatre à la une

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque