Melik Ohanian, preneur de temps

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 22 octobre 2008

Oeil vif, épaules carrées, ourlé aux lèvres, barbe claire et légère, Melik Ohanian est de ceux qui écoutent, racontent et rencontrent. Tant et si bien, qu’en rigoureux magicien, dans son travail comme dans la vie, il sait déplier et ajouter du temps.

À 39 ans, indifférent aux petits mécanismes et arrangements sociaux qui régissent le monde de l’art, il défend un engagement compact et confiant, cultivant les récits oubliés, les transversales et les bouts du monde. Ohanian parle beaucoup – lui qui a grandi silencieux –, d’une langue singulière, mélange pragmatique de gouaille, d’intelligence agile et de discrètes références.

Une affaire de famille
Une chose est sûre, enfant, il « n’imagine pas le monde autrement que créatif ». Aux sources, il y a Villeurbanne, dans une famille issue de la diaspora arménienne. Assez « loin du clan », précise-t-il.
Les trois petits Ohanian « barbouillent » régulièrement dans les ateliers de peinture montés par la mère et suivent les expéditions du père, Rajak, photographe engagé et admiré, intellectuel autodidacte passionné de théâtre. Ils grandissent entre cité et Théâtre National Populaire, portés par cet axe double et « paradoxal » que l’adolescent perçoit déjà comme un moteur.
Les frères et la sœur ne tardent pas à marcher dans les pas du père, « portent les caisses, les trépieds et les sacoches ». À la maison, il y a un labo photo, les enfants apprennent à regarder et à se déplacer. Très vite ils savent produire de l’image et faire confiance au médium photographique. Mais ils savent aussi s’en méfier.

Le temps fragmenté
Étudiant aux beaux-arts, Melik commence d’ailleurs par produire ses propres négatifs en les détruisant physiquement, taillant dans la représentation et l’image, dont il examine d’emblée chaque enjeu. Et lui qui n’aime rien moins que faire coexister des réalités parallèles, gagne d’abord sa vie comme monteur.
Juxtaposer, spatialiser des temporalités, ce sera sa syntaxe. Quelque chose comme une manière intraitable d’habiter le monde et de lui refuser toute lecture monolithe et linéaire. Son dispositif Seven minutes before présenté à la Biennale de Lyon en 2005 sonne alors comme un manifeste et signe la cohérence de son univers : sept écrans juxtaposés, sept récits fragmentés, hors-champs filmés en  longs plans-séquences reliés par un ultime événement commun.

Bienvenue à Ohanian Land
Cet automne à Paris, le principe d’explosion des temps et des espaces change d’échelle : quinze lieux et registres d’exposition simultanés, piscine, radio, musée, livre, collège ou centre d’art. Ainsi se déploient quinze entrées dans l’univers d’Ohanian et autant de mises au point sur les conditions de production et de diffusion de l’art. Pas de commissaire, pas de chef d’orchestre, si ce n’est lui-même.
Lui qui trouve bien meilleur écho à l’étranger jouerait-il ici la carte du rapport de force ? Un malentendu qu’il balaie d’un revers de manche replaçant le projet dans ses enjeux réflexifs, ancrant le projet dans une réalité physique. D’autant qu’au quantitatif, Ohanian oppose une belle et fragile retenue formelle. Comme si par la multiplication des espaces et des temporalités, Ohanian nous engageait paradoxalement à décélérer. Et à prendre le temps. Puisqu’il nous le donne.

« From the voice to the hand, un projet d’expositions coexistantes », jusqu’au 23 novembre 2008. Toutes les informations concernant la quinzaine d’espaces à Paris et alentours sur le site www.fromthevoicetothehand.com

Biographie

1969
Naissance à Lyon.

1988
Familiarisé avec l’image auprès de son père photographe, il entre à l’école des Beaux-Arts de Montpellier puis de Lyon.

2002
Première exposition personnelle à la galerie Chantal Crousel et au Palais de Tokyo à Paris.

2004
Il représente la France à la Biennale de Sao Paulo.

2008
« From the voice to the hand ».

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°607 du 1 novembre 2008, avec le titre suivant : Melik Ohanian, preneur de temps

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque