Dimanche 16 février 2020

Patrimoine immatériel

PATRIMOINE

L’Unesco reconnaît quarante patrimoines immatériels supplémentaires

Par Francine Guillou · Le Journal des Arts

Le 2 janvier 2020 - 345 mots

L’alpinisme entre dans la liste de l’Unesco qui en a cependant retiré le Carnaval belge d’Alost, lui reprochant ses caricatures antisémites.

Bogota. Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, réuni du 9 au 14 décembre dernier à Bogota, a créé un précédent : pour sa 14e session, le Comité a pour la première fois retiré un événement festif de sa liste.

Le Carnaval d’Alost en Belgique, inscrit en 2010, ne figure plus sur la Liste du patrimoine culturel immatériel. Depuis plusieurs années dans le collimateur de l’Unesco, ce carnaval grotesque avait été émaillé lors de ses dernières éditions d’incidents à caractère raciste et antisémite. La récurrence de chars problématiques a fédéré l’indignation et convaincu le Comité de la nécessité de rappeler les principes fondamentaux de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, et, en particulier, son article 2, selon lequel « seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus ».

Mise à part cette décision historique, le Comité a inscrit cinq pratiques sur la Liste de sauvegarde urgente et trente-cinq sur la Liste représentative, entre tir à l’arc turc, céramique ukrainienne et chants byzantins. Soit quarante éléments nouveaux, dont l’alpinisme présenté conjointement par la France, l’Italie et la Suisse. L’alpinisme, considéré comme « l’art de gravir des sommets et des parois en haute montagne, en toutes saisons, en terrain rocheux ou glaciaire », a été inscrit avec les félicitations du Comité, qui a souligné « un dossier multinational de grande qualité, qui témoigne de la collaboration active entre les communautés pour la préparation de la candidature, comme pour la sauvegarde de l’élément ». Entre changements climatiques et intensification du tourisme alpin, l’alpinisme fera face à de multiples défis.

Le Comité a également établi des lignes directrices pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel dans les situations d’urgence, telles que les conflits ou les catastrophes naturelles. La prochaine session se tiendra à Kingston en Jamaïque du 30 au 5 décembre 2020.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°536 du 3 janvier 2020, avec le titre suivant : L’Unesco reconnaît quarante patrimoines immatériels supplémentaires

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque