Dimanche 25 février 2018

Le XXe siècle en sage expansion

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 19 juillet 2007

Depuis quatre ans, l’art moderne et contemporain s’impose en force sur Tefaf. Une insertion qui ne semble toutefois pas vouée à se développer de façon trop prononcée.

Les sentinelles de Tefaf ont succombé depuis quatre ans à la déferlante de l’art moderne et contemporain. Un choix pragmatique car Maastricht n’aurait pu s’imposer en baromètre du marché sans intégrer le domaine qui enregistre aujourd’hui les plus fortes progressions.
Dès 1988, l’art moderne s’était insinué à pas feutrés au milieu d’autres spécialités. La section ne prend vraiment corps qu’en 1995 sous la houlette du marchand londonien Leslie Waddington. Elle compte alors une majorité de galeries néerlandaises, pour la plupart d’un piètre niveau. Commence un lent travail d’élagage qui porte ses fruits douze ans plus tard. Au point qu’un vétéran comme Robert Landau (Montréal) juge la foire plus lucrative que celle de Bâle. Pour une galerie spécialisée dans l’École de Paris comme Applicat-Prazan (Paris), Maastricht représente une fenêtre sur l’international. « Il y a quelques années, j’aurais difficilement imaginé vendre un Manessier à un Anglais », confie Franck Prazan. Celui-ci prévoit un Jean Hélion de 1947, période charnière où cette cheville ouvrière de l’Abstraction-Création bifurque vers la figuration.
D’autres, comme la nouvelle recrue Hauser & Wirth (Zurich-Londres, lire p. 26), espèrent profiter d’un chevauchement à long terme des deux clientèles anciennes et contemporaines. « Cette tendance pointe chez les collectionneurs les plus intelligents et sophistiqués, qui ne sont pas victimes de la mode ou de conseillers, des amateurs comme Gimmo Etro de Milan ou Mickey Cartin de New York, relève David Leiber, directeur de la galerie Sperone Westwater (New York). Ces derniers témoignent d’une curiosité pour toutes sortes d’objets et sont capables de tisser des liens entre différentes périodes de l’histoire. » De fait, une galerie comme Hopkins-Custot (Paris) peut plus facilement déployer tout le spectre de son stock, de Corot à Marc Quinn, alors qu’elle ne s’en tient qu’à sa facette la plus moderne, voire contemporaine à Bâle ou à Art Basel Miami Beach. La pièce maîtresse de son stand relève toutefois de l’art moderne, avec une composition de 1957 de Magritte au format peu commun.

Éclectisme
C’est un autre pan du surréalisme qu’aborde Robert Landau avec une peinture de Calder datant de 1945, issue de la collection Maeght. Calder, version sculpture, siège aussi chez Acquavella (New York) qui présente un mobile de 1951, acheté directement auprès de l’artiste et inédit sur le marché. Le sculpteur américain apparaît enfin chez Pace Wildenstein (New York) avec un mobile de 1948 et un autre de 1965. La galerie révise d’ailleurs son accrochage épuré de l’an dernier. « Nous allons montrer davantage d’art moderne cette année, observe Jeff Burch, de la galerie Pace Wildenstein. L’an dernier notre stand très axé sur le minimalisme était sans doute trop radical pour un premier contact. Un Ad Reinhardt noir ou un Ryman blanc aux côtés de maîtres anciens me semblent naturels, mais ce n’est pas encore le cas pour les collectionneurs classiques. Cela leur prendra quelques années pour apprécier le minimalisme. Du coup, cette année, nous n’aurons pas de Robert Ryman ou d’Agnes Martin. » Le stand joue sur du velours avec Picasso, Oldenburg, Rauschenberg et Louise Nevelson. Son confrère Jablonka (Berlin-Cologne) s’en tient aussi aux travées labellisées avec un Portrait de Johann Wolfgang von Goethe par Warhol. Bien qu’elle mise davantage sur le contemporain, Hauser & Wirth en offre un prisme assagi. Elle s’autorise même des réminiscences fortuites avec le moderne, comme la filiation patente d’un nu de John Currin avec Picabia. Les amateurs d’art ancien risquent toutefois de s’étonner des écarts de prix entre Currin et Picabia, les jeunes quadras valant parfois plus chers que leurs ascendants ! L’ambiance de Tefaf met aussi en exergue le classicisme pur sucre d’Elizabeth Peyton et, de fait, en relativise l’intérêt, malgré sa cote explosive. Inversement, la galerie Richard Gray (Chicago-New York) se montre plus audacieuse dans ses choix contemporains en convoquant Jeff Koons, George Condo, Richard Prince, Christopher Wool et même les femmes plantureuses et dénudées de Lisa Yuskavage. De quoi désarçonner le public ambiant ! La direction de Tefaf ne sait d’ailleurs trop comment réagir face au succès grandissant de cette section. Car, dans l’état actuel du marché, elle risque de ravir la vedette à l’épine dorsale du salon. « L’art contemporain n’est pas la section principale de la foire et ce n’est pas notre but qu’il le devienne », martèle le président du comité exécutif de Tefaf, Ben Janssens. Le XXe siècle si, ma non troppo

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°254 du 2 mars 2007, avec le titre suivant : Le XXe siècle en sage expansion

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque