Nouvelles technologies

Le visage de Raphaël restitué en 3D

Par Olivier Tosseri, correspondant à Rome · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2020 - 346 mots

Une équipe de l’université de Rome est parvenue cet été à cette reconstitution à partir d’un moulage en plâtre du crâne de l’artiste tout en confirmant l’authenticité de ses restes conservés au Panthéon..

Rome. Raphaël était connu pour sa très grande beauté et ses nombreuses conquêtes féminines. Il n’a laissé que de rares autoportraits pour pouvoir confirmer ou infirmer cette réputation, parmi lesquels celui le représentant à l’âge de 20 ans ou encore l’Autoportrait avec un ami ou Double portrait conservé au Louvre. Cette fois ce ne sont pas les toiles du peintre mais les ordinateurs des scientifiques qui nous permettent de découvrir le visage du génie d’Urbino. Une équipe de l’université de Rome est parvenue à reconstituer en 3D son visage. Elle s’appuie sur l’analyse du moulage en plâtre du crâne de Raphaël réalisée en 1833. La tombe de l’artiste mort prématurément à 37 ans et enterré sous la coupole du Panthéon avait alors été ouverte. « Jusqu’ici, nous n’étions pas certains que les restes retrouvés et conservés au Panthéon fussent bien ceux de Raphaël », rappelle le professeur Mattia Falconi, spécialiste de biologie moléculaire à l’université de Rome. Ils reposaient à proximité de nombreuses sépultures dont celles de certains de ses élèves.

Ces travaux se fondant exclusivement sur la morphologie du crâne ont permis d’établir « pour la première fois » que « les restes conservés dans la tombe du Panthéon appartiennent à l’artiste de la Renaissance dont on célèbre cette année le 500e anniversaire de la mort », a expliqué Olga Rickards, experte en anthropologie moléculaire au sein du département de biologie de l’université Tor Vergata de Rome. Le recours à des comparaisons avec les autoportraits du peintre a néanmoins été nécessaire.

Ces recherches ont été menées en collaboration avec la Fondation Vigamus et l’Académie Raphaël, qui gère le musée créé dans sa maison natale à Urbino. Dans un communiqué, celles-ci précisent que ces découvertes « ouvrent la voie à de futures études sur les restes osseux destinées […] à déterminer certains caractères du personnage liés à son ADN », comme la couleur des yeux, des cheveux ou de la peau.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°551 du 18 septembre 2020, avec le titre suivant : Le visage de Raphaël restitué en 3D

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque