Samedi 29 février 2020

Prospective

Le démon de midi de la Rue de Valois

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 28 mars 2011 - 545 mots

Quel sera le rôle du ministère de la Culture en 2030 ? Une étude propose quatre scénarios possibles.

PARIS - En 2007, la dernière campagne électorale présidentielle n’avait donné lieu à aucune véritable réflexion sur les enjeux de politique culturelle. La donne va-t-elle changer pour l’élection de 2012 ? Le ministère de la Culture vient de produire, sous le titre prometteur Culture-médias 2030, un outil de prospective que les futurs candidats seraient bien inspirés de parcourir pour parfaire leurs fiches « culture ». Car, depuis 1996 et le rapport rédigé sous la houlette de Jacques Rigaud, Pour une refondation de la politique culturelle, aucun outil stratégique n’avait émané de la Rue de Valois. Le ministère missionnaire s’était tranquillement mué en un ministère gestionnaire. Jusqu’à ce que, à l’aube de ses 50 ans, en 2009, une profonde réforme – purement administrative – ne vienne ébranler ses fondements. Crise de démon de midi oblige, le ministère de la Culture voudrait désormais se muer en visionnaire. Il était temps.

« Exception continuée » 
Coproduit par le département des Études, de la prospective et des statistiques du ministère (DEPS), qui livre tous les ans une multitude de rapports sectoriels ou transversaux, et l’institut spécialisé Futuribles, ce document n’entend pas prédire la vérité (1). Il tente, en prenant acte des mutations culturelles actuelles (globalisation, numérique, individualisme et société) et des défis majeurs globaux à relever, comme le réchauffement climatique ou le vieillissement de la population, de décrire quatre scénarios probables. Les rétifs à tout changement pourront se reconnaître dans le premier, « l’exception continuée », qui décrit la perpétuation des ressorts de l’exception culturelle, même si des « renoncements seront nécessaires ». Les plus libéraux apprécieront la vision de « marché culturel » du deuxième scénario, banalisant la culture dans un contexte de renforcement des acteurs économiques et d’amoindrissement du rôle du ministère de la Culture, remplacé à l’horizon 2025 par une agence. « Cette administration modeste se voit attribuer des compétences essentiellement patrimoniales, symboliques et réglementaires, ainsi que le financement de grandes institutions culturelles, localisées dans les capitales de région » décrit le document.

Dans un contexte économique plus favorable, autorisant notamment les investissements, le même scénario se muerait en « impératif créatif », misant sur la culture « comme facteur de créativité au service de la croissance » envisagée à l’échelle européenne. Quitte à renouveler les règles de propriété intellectuelle et susciter les craintes d’une instrumentalisation des acteurs culturels. Les plus conservateurs opteront pour la « culture d’identités », quand l’État choisit de se concentrer sur ses « fleurons » avec une ambition d’« excellence » et d’« expertise », et les collectivités locales sur la « vitalité culturelle sociale et communautaire, ancrée dans la vie des populations ».

Si ces scénarios ont une résonance politique, Philippe Chantepie, chef du DEPS, précise toutefois que « le plus vraisemblable est qu’aucun ne voit le jour comme tel, que tous se produisent partiellement ». Afin d’enrichir la réflexion, un appel à contributions a d’ailleurs été lancé. Espérons qu’il ne reste pas limité à une sphère trop confidentielle, mais qu’il devienne un véritable enjeu en réinterrogeant, sans tabou, le sens de l’intervention de l’État en matière culturelle.

Notes

(1) Rapport édité par la Documentation française et consultable en ligne à l’adresse www.culturemedias2030.culture.gouv.fr

Légende photo

Ministère de la Culture, Immeuble des Bons Enfants - Photo Simdaperce - 2008 - Licence CC BY-SA 3.0 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°344 du 1 avril 2011, avec le titre suivant : Le démon de midi de la Rue de Valois

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque