Fondation

Laurence Maynier : "Le soutien de la scène française à l’étranger fait partie des priorités de la fondation des artistes"

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 20 décembre 2018 - 559 mots

PARIS

En 2019, la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques devient la Fondation des artistes : pourquoi ?

Laurence Maynier -  Nous avons souhaité actualiser nos statuts en tenant compte des préconisations du Conseil d’État en matière de fondation d’utilité publique. Nous en avons profité pour changer de nom, car la FNAGP souffrait d’un déficit de notoriété. Beaucoup de gens ignoraient ce que recouvrait cet acronyme. La fondation, qui est née d’un double legs, l’un de la baronne Hannah Charlotte de Rothschild, le second des sœurs Madeleine Smith-Champion et Jeanne Smith, a pour vocation d’aider les artistes à chaque moment de leur carrière : une relation très directe que traduit plus clairement cette nouvelle appellation.

Ses missions demeurent-elles les mêmes ?

Oui, et elles sont même renforcées. Nous continuons à allouer des aides à la production d’œuvres via notre commission de mécénat et à prendre part à la diffusion de l’art en organisant trois expositions par an à la Maison d’art Bernard Anthonioz (Maba). Mais aussi à allouer des places dans notre parc d’ateliers, et à accueillir les artistes dans notre maison de retraite, un Ehpad de désormais quatre-vingts chambres. Nous avons identifié deux étapes supplémentaires : d’abord, l’accompagnement des jeunes diplômés d’école d’art – un premier partenariat, avec l’École de photo d’Arles, arrivera bientôt à son terme –, puis le soutien de la scène française à l’étranger, qui fait partie de nos nouvelles priorités.

Comment se manifeste cet engagement de la fondation en faveur du rayonnement de la scène hexagonale ?

Nous prenons part au groupe de réflexion de l’ADAGP (Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques, NDLR) sur ce sujet, et au comité éditorial de son compte Instagram ElaineAlain, ouvert en octobre dernier, qui invite chaque mois des professionnels étrangers à mettre en avant des artistes travaillant en France. C’est un premier pas. Au même moment, une prise de conscience s’est fait jour chez de nombreux acteurs privés de l’art contemporain. Tous ensemble, nous voulons créer une association, en nous fixant pour objectif de programmer autant que possible des artistes de la scène française. Dès à présent, nous mettons nos ressources en commun afin de faire venir en France des curators et leur ouvrir les portes des ateliers. Par ailleurs, la fondation a décidé de financer une résidence d’artiste à l’étranger dès la fin de 2019.

Toutes ces actions sont-elles financées grâce au patrimoine de la fondation ?

Oui, nos revenus sont principalement immobiliers – aux recettes locatives de nos propriétés viennent s’ajouter des dons et des legs. Mais nous sommes également attachés à la valorisation de ce patrimoine historique, raison pour laquelle nous venons de créer un poste de chargé des collections. La fondation dispose en effet de trois corpus : les 450 objets d’art du cabinet de curiosités de l’hôtel Salomon de Rothschild – ouvert à la visite depuis septembre 2017 –, les peintures des sœurs Champion et les œuvres léguées par les résidents de la maison de retraite. Il s’agit de dresser un inventaire de ces ensembles, de les montrer, de les partager et, pour certains, de les placer en dépôt.

300 projets 

Depuis 2011, à travers ses commissions de mécénat, la fondation a soutenu plus de 300 projets d’artistes pour un montant global de près de 4 millions d’euros.

536

artistes ont été exposés à la Maba depuis sa création en 2006.

Après avoir été déléguée au développement culturel de Sèvres - Cité de la céramique, Laurence Maynier dirige la Fondation des artistes, ex-FNAGP, depuis 2016.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°719 du 1 janvier 2019, avec le titre suivant : Laurence Maynier : "Le soutien de la scène française à l’étranger fait partie des priorités de la fondation des artistes"

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque