Samedi 14 décembre 2019

La Royal Academy sort du rouge

L’institution londonienne ne perd plus d’argent

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 13 mars 1998 - 494 mots

La Royal Academy (R.A.) de Londres a été prise ces dernières années dans une véritable tourmente financière, aboutissant en septembre dernier à un déficit cumulé de 1,8 million de livres sterling (18 millions de francs). En partie grâce au succès d’expositions comme « Sensation ! », la situation de la R.A. s’est notablement améliorée au cours du dernier exercice, dégageant un excédent de 175 000 livres.

LONDRES (de notre correspondant) - La Royal Academy  vient d’annoncer une amélioration spectaculaire de ses finances, avec, pour la dernière année fiscale, un excédent de 175 000 livres sterling (1,75 million de francs) contre 1,4 million de déficit en 1995-96. À la suite d’erreurs de gestion et d’un détournement de 400 000 livres (voir le JdA n° 38, 18 avril 1997), l’institution avait en effet connu des moments difficiles. Le déficit accumulé – 1,8 mil­lion de livres en septembre –, devrait être résorbé à la fin de l’année prochaine. Les 285 000 visiteurs attirés par “Sensation !” y ont largement contribué : une telle affluence n’avait pas été enregistrée depuis l’exposition “Monet” de 1990. Selon Sir Philip Dowson, président de la Royal Academy, ces bons résultats s’expliquent d’abord par une hausse de la fréquentation (859 000 visiteurs), notamment grâce au succès de quatre expositions : “Braque”, “Giaco­metti”, l’exposition d’été 1997 et “Living bridges”. Ensuite, un appel de fonds efficace, stimulé par la création d’un groupe de mécènes, ainsi que la réduction des coûts de fonctionnement de l’institution ont permis de retrouver l’équilibre.

Démissions
En présentant ce rapport annuel, Sir Philip a regretté le départ de quatre “académiciens”, Craigie Aitchison, Gillian Ayres, Michael Sandle et John Ward, qui avaient démissionné pour protester contre “Sensation !”. Par ailleurs, le rapport annuel revient sur l’incendie du 3 mai 1997, qui aurait été provoqué par le fil d’un transformateur laissé branché pendant la nuit alors que des travaux étaient en cours. Une des réserves où sont stockés des tableaux de la collection avait alors été inondée. Malgré une intervention rapide pour les mettre à l’abri, plusieurs toiles avaient été gravement endommagées, parmi lesquelles Amour Sacré et Amour Profane de Geddes, d’après Titien, et Paysage avec vaches de Reinagle. Elles viennent d’être restaurées. En vue de recueillir des fonds et d’améliorer son image, la Royal Academy a souhaité présenter une partie de sa collection à l’étranger. Si “De Reynolds à Turner”, qui devait voyager en Australie et Nouvelle-Zélande cette année, a dû être annulée pour des raisons financières, une autre exposition, “La Royal Academy à l’époque de la reine Victoria”, aura lieu en Amérique l’an prochain.

Programmation de la Royal Academy pour 1998 et 1999

L’art de la Sainte Russie : icônes de Moscou 1400-1600 (19 mars-14 juin)
Summer Exhibition (2 juin-16 août)
Chagall : l’amour et le théâtre (2 juillet-4 octobre)
Picasso : sculpteur et peintre sur argile (17 septembre-27 décembre)
L’œuvre de Charlotte Salomon (22 octobre-17 janvier 1999)
Monet au XXe siècle (21 janvier-18 avril)
Anthony van Dyck (16 septembre-16 décembre).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°56 du 13 mars 1998, avec le titre suivant : La Royal Academy sort du rouge

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque